Le mouvement contre l'implantation de nouvelles antennes-relais perdure en France

Opposition aux antennes-relais : un mouvement qui dure

18602

Opposition aux antennes-relais : un courant tenace. Ces derniers mois, en France, l’opposition aux antennes-relais est loin d’avoir disparu. Ainsi, on constate que plusieurs mouvements de protestation contre leur implantation perdurent. Cela, dans diverses régions. Aussi bien par des actions de terrain qu’au moyen de procédures juridiques. Ce qui complique beaucoup les projets des opérateurs télécoms. Parfois, au point de les faire renoncer.

Un exemple breton

une main tenant une affiche qui marque une opposition aux antennes-relais

Les mouvements d’opposition aux antennes-relais restent répandus en France.

En Bretagne, l’exemple que donne l’un de ces mouvements contestataires est révélateur. De fait, sa farouche opposition aux antennes-relais a montré que cette tendance pouvait être très ancrée. Quitte à garder, dans certains endroits, le statut de zone blanche. Au nom de la préservation du paysage. Pour preuve, dans le village de Saint-Cadou, ce refus d’accéder au réseau mobile dure déjà depuis trois ans. Avec pour cible, le rejet de l’installation d’une antenne de l’opérateur Free. Un droit de veto exercé par l’association Kurun. En breton, cela signifie « Tonnerre ». Pour parvenir à se faire entendre, cette association a tout utilisé. Des coups médiatiques aux recours juridiques. En passant évidemment, sur place, par des manifestations publiques.

Des contre-attaques souvent vaines

Pour contre-attaquer, Free a tenté de s’imposer en force. En envoyant des bûcherons, à la mi-novembre 2020. Pour préparer le terrain en abattant des arbres. Ce qui a provoqué une vive réaction de l’association Kurun. Qui a alors fait monter ses militants dans les arbres. Et qui a déployé plusieurs banderoles d’opposition aux antennes-relais. Finalement, cette action a réussi à stopper les travaux d’installation. Cela, malgré le confinement. Ce qui démontre une évidente détermination.

Opposition aux antennes-relais : un mouvement à ne pas sous-estimer

Ces derniers mois, sous-estimer l’ampleur du mouvement d’opposition aux antennes-relais serait une erreur. En effet, on retrouve ce type de craintes sur tout le territoire. Celles-ci regroupent à la fois des défenseurs de l’environnement et des personnes qui se disent électrosensibles. Pour preuve, tout comme Free, Orange a aussi dû affronter une réelle opposition à son projet de création d’un nouveau relais à Bagnères-de-Bigorre. D’ailleurs, depuis, ce mouvement a contraint l’opérateur à abandonner ses travaux. Prévus sur les allées Maintenon. Dorénavant, Orange va devoir trouver un emplacement alternatif. Après des concertations avec les élus locaux.

Une plus grande visibilité due à la 5G

Actuellement, cette opposition aux antennes-relais s’observe aussi en Ardèche. Où certains habitants de Mercuer ont même réclamé un moratoire. Concernant l’implantation de futurs équipements. Cependant, d’après Orange, bien que ce mouvement de rejet pose actuellement problème, il demeure stable. De plus, pour les opérateurs, il ne constitue pas une nouveauté. De fait, ce serait juste le déploiement de la 5G qui le rendrait aujourd’hui plus visible.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.