Pourquoi installe-t-on des abris pour animaux dans les domaines de la Dordogne ?

27875

Abris pour animaux. En lien avec le Grand Périgueux, l’association Pour les Enfants du Pays de Beleyme a pris une initiative très intéressante au profit de quelques espèces animales. En effet, il s’agit de la pose de quelques nichoirs à mésanges et d’abris à chiroptères au niveau de deux exploitations agricoles dans le but de favoriser la biodiversité. Parmi les domaines concernés, on cite celui nommé Bout du Monde qui se trouve actuellement à Creyssensac-et-Pissot et qui a accueilli à bras ouverts ce geste pour la nature. Pour en savoir plus sur le sujet, on vous propose de lire cet article !

Abris pour animaux, des nichoirs à mésanges au vignoble du Bout du Monde

Abris pour animaux

Dans le cadre de l’opération collective entreprise par l’association Pour les Enfants du Pays de Beleyme en collaboration avec le Grand Périgueux, des nichoirs à mésanges, ainsi que d’autres abris pour animaux ont été installés. On citera également les nombreux refuges pour chauves-souris qui sont sur le point d’être posés au niveau du domaine du Bout du Monde et qui font l’actualité du moment.

En tout, ce sont dix domaines en Dordogne qui sont concernés par cette bonne action afin de protéger la faune de cette région et les espaces menacés par ces temps de froid extrême en les aidant à trouver un abri et en favorisant la biodiversité.

Tout au long de cette opération nommée Nichoirs, les agriculteurs sont accompagnés par le Conservatoire des espaces naturels, ainsi que de la Ligue de protection des oiseaux. De la sorte, on a pu compter l’installation d’une vingtaine de niches autour du vignoble par cette même association il y a quelques semaines à peine, et d’ici à quelques jours, ce sera autour des abris à chauves-souris d’être installés.

Abris pour animaux

Quel est le but de cette initiative ?

Selon les attestations des chargés de cette mission et les vignes du domaine, le but de la pose de tous ces abris est d’améliorer la biodiversité dans cette région via trois objectifs :

  • Observer l’impact sur les insectes nuisibles pour la vigne ;
  • accompagner les vinifications de la meilleure manière possible ;
  • offrir un refuge aux animaux et aux oiseaux pour cette saison.

En suivant cette méthode, il sera possible de convertir le vignoble en bio et biodynamie, ce qui permettra de planter plusieurs types de cépages et de produire une très grande variété de vins naturels en utilisant uniquement des levures indigènes présentes dans le vin.



Avatar photo

Née le 16 Janvier 1982, Laurence Laporte fait ses études à l'Institut d'études politiques puis au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, elle exerce son métier dans divers journaux à gros tirage, puis en, en 2019 elle devient éditorialiste au "Bulletin des Communes" et se consacre entièrement à l'écriture.