Le soutien du président à la 5G montre un engagement très clair

Soutien du président à la 5G : un engagement très clair

14712

Soutien du président à la 5G : une attitude progressiste

 

Lors de son discours du 14 septembre, Emmanuel Macron a écarté toute possibilité d’un éventuel moratoire sur la 5G. Ainsi, pendant des échanges avec divers acteurs de la French Tech, le soutien du président à la 5G est apparu au grand jour. Notamment, quand il a déclaré sans détour « La France va prendre le tournant de la 5G, parce que c’est le tournant de l’innovation. »

 

Rejet d’un moratoire éventuel

Le soutien du président à la 5G défend une attitude progressiste

Le soutien du président à la 5G défend une attitude progressiste

Ce soutien du président à la 5G, sans ambiguïté, s’exprime à un moment où certains élus, notamment écologistes, voudraient rediscuter le futur déploiement du réseau de l’Ultra Haut Débit mobile. Or, pour le chef de l’Etat, la remise en cause éventuelle de cette technologie semble exclue. D’autant plus que la prochaine phase d’attribution aux opérateurs des fréquences 5G se tiendra dans seulement deux semaines. Pendant son discours, le président a utilisé une image marquante. Ainsi, Emmanuel Macron a assimilé le refus de la 5G à l’attitude passéiste choisie par les Amish. Un comparatif éloquent, car cette communauté religieuse s’affirme par son rejet de toute modernité. Et du progrès en général. Pour preuve, ses adeptes continuent de se déplacer en carriole, plutôt qu’en voiture.

Un exemple très parlant

En s’appuyant sur ce symbole rétrograde, le chef de l’Etat a déclaré « J‘entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile. » Ensuite, Emmanuel Macron a précisé « Je ne crois pas que le modèle Amish permette de relever les défis de l’écologie contemporaine. » Ensuite, pour préciser sa pensée, si c’était nécessaire, le président a aussi rappelé que « La France, c’est le pays des Lumières, de l’innovation. » De fait, ce soutien du président à la 5G va à l’encontre de la demande de moratoire à son sujet. Récemment réclamée par la Convention Citoyenne pour le Climat. En effet, la Convention a souhaité un bilan plus clair sur les conséquences possibles de cette technologie. Notamment, sur la santé et l’environnement.

Un planning à respecter

Dans sa requête, la Convention Citoyenne a désiré « […] évaluer les avantages et les inconvénients de la 5G par rapport à la fibre, avant et non après avoir accordé les licences pour son développement. » A ce sujet, on attend toujours l’avis de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation. Celui-ci est prévu début 2021. A ce jour, aucun effet nocif de la 5G n’a encore été signalé par la communauté scientifique. Néanmoins, face aux craintes qui persistent, Emmanuel Macron a déclaré « Il faut regarder les peurs en face.  » D’après le président, il faut lever ces peurs « […] en disant la vérité, en trouvant les bons compromis et en expliquant, en mesurant, par le débat citoyen éclairé. ».

Normalement, le déploiement de la 5G devrait bientôt commencer sur le territoire. Peut-être, dès la fin de l’année. D’autant plus que la France est aujourd’hui en retard, par rapport à d’autres pays européens. Ce qui explique, entre autres, le soutien du président à la 5G.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.