Une prime de conversion en faveur des vélos sera bientôt accessible aux Français.

Prime de conversion en faveur des vélos : la fin des vieilles voitures ?

19979

Vendredi dernier, les députés ont voté à l’unanimité un amendement qui devrait permettre aux Français attirés par les déplacements en vélo d’en acquérir un. Cela, en renonçant à leur vieille voiture. En échange d’une Prime de conversion en faveur des vélos.

Une mesure incitative

Une prime de conversion en faveur d'un achat de vélo sera bientôt accessible aux Français.

Une prime de conversion en faveur d’un achat de vélo sera bientôt accessible aux Français.

Dernièrement, encourager les achats de vélos pour des raisons écologiques a été l’un des sujets soumis aux députés. De ces débats, un amendement est né. Bientôt, celui-ci va permettre aux citoyens volontaires de bénéficier d’une prime pour acheter un deux-roues, s’ils renoncent à leur vieille voiture. Ainsi, cette mesure devrait permettre de mettre hors service de nombreux véhicules en mauvais état, forcément polluants. En plus, cette aide gouvernementale s’appliquera également aux achats de vélos « […] à assistance électrique ».

Aujourd’hui, ces deux-roues représentent un vélo sur cinq en circulation. Et ils tirent ce secteur vers le haut. Bien que leur prix moyen dépasse légèrement les 2.000 euros. Par conséquent, cette prime à la conversion devait inclure l’acquisition de vélos d’un coût assez élevé. Une forme de bonus prévu par Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Cela, afin de rendre cette mesure plus attrayante. Un point positif, que la ministre a détaillé lorsqu’elle a examiné en première lecture le projet de la loi Climat.

La prime de conversion en faveur des vélos :un coup de pouce appréciable

Evidemment, l’annonce de cette prime de conversion en faveur des vélos a contenté Olivier Schneider, le Président de la Fédération française des Usagers de la Bicyclette. Ainsi que de nombreux députés, qui s’étonnaient de ne rien voir figurer dans le projet de loi Climat pour encourager l’usage du vélo. Cependant, pour l’instant, le montant exact de cette prime et ses conditions d’obtention restent à définir. Mais à terme, ce coup de pouce financier devrait limiter le nombre des automobiles en circulation. Une conséquence qui sera sans doute appréciée par les résidents des grandes métropoles. Très sensibilisés aux problèmes dus à la promiscuité, depuis l’arrivée de la pandémie.

Une prime élastique

Par ailleurs, cette prime de conversion pour acquérir un vélo électrique pourrait aussi s’étendre à des transformations de véhicules à moteur thermique. Pour en faire des véhicules électriques. Ou encore, pour aider les Français qui veulent acheter des vélos cargos. Dont l’avantage est de faciliter les transports d’enfants. Ou encore de permettre à des coursiers de transporter jusqu’à 250 kilos de produits divers.