Récemment, un piratage de données sur le vaccin Pfizer a eu lieu

Vol de données sur le vaccin Pfizer : une cyberattaque menaçante

18391

Vol de données sur le vaccin Pfizer : un nouveau type de piratage

 

Dernièrement, suite à un vol de données sur le vaccin Pfizer, des informations confidentielles sont apparues sur Internet. Ces publications illégales concernaient les caractéristiques du vaccin Pfizer-BioNTech. Elles étaient la conséquence d’une cyberattaque. Contre l’Agence Européenne du Médicament. En réponse, celle-ci a déclaré qu’elle avait fait le nécessaire. Toutefois, sans préciser son action.

 

Une accélération en cours

Un récent piratage de données sur le vaccin Pfizer est la preuve d'un nouveau type de délinquance informatique.

Un récent piratage de données sur le vaccin Pfizer est la preuve d’un nouveau type de délinquance informatique.

Parallèlement à cette divulgation, des renseignements sur des médicaments pour traiter la Covid-19 ont aussi été postés par des hackers. En réaction, l’Agence Européenne du Médicament n’a toujours pas précisé si la faille numérique existait toujours. Simplement, l’Agence a juste précisé qu’elle informera rapidement toute personne concernée par ce vol de données sur le vaccin Pfizer. Pour le moment, Pfizer et BioNTech considèrent qu’aucune fuite majeure n’est à déplorer. Cependant, cet incident, qui a touché le premier vaccin contre la Covid, démontre qu’une accélération des attaques informatiques contre les sociétés du secteur vaccinal se confirme. En effet, en juillet dernier, la société Moderna Therapeutics a subi le même sort. Très probablement, à cause de hackers chinois. Et en novembre dernier, le laboratoire AstraZeneca a aussi fait l’objet d’une cyberattaque.

Une nouvelle délinquance

En décembre dernier, l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information a révélé que le secteur de la recherche médicale était désormais une cible globale. De fait, dans l’un de ses rapports, l’Agence a alerté sur ce nouveau phénomène. Car le vol de données sur le vaccin Pfizer n’est pas unique. Ainsi, l’Agence a déclaré que « […] les hôpitaux, les fabricants de vaccins et leurs chaînes d’approvisionnement sont de plus en plus ciblés […] ». Ce qui pourrait avoir ensuite « […] des conséquences dévastatrices, […] surtout pendant une pandémie. » Par conséquent, ce risque informatique reste très préoccupant. Car il pourrait aussi toucher les réseaux de distribution des vaccins.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.