Réseau électrique : des mesures pour garantir l’approvisionnement

11161

Réseau électrique : aucun black-out à craindre

Dès les premiers signes de l’épidémie de coronavirus, l’ensemble du réseau électrique français s’est donné les moyens de fournir le pays en courant sans la moindre coupure. Et cela, pendant plusieurs mois.

Des agents préparés à toute éventualité

Etant donné ses responsabilités essentielles, EDF a prévu l’aggravation éventuelle de l’épidémie actuelle de coronavirus. Ainsi, ses services comportent 300 agents, déployés sur cinq sites. En permanence, ils sont tous prêts à intervenir, sur notre réseau électrique. Y compris en employant les grands moyens. Aves des camions tout-terrain, des barges ou des hélicoptères. S’il le fallait. De plus, tous ces agents spécialisés s’entraînent toute l’année. Pour maintenir et optimiser leurs compétences. En 2017, après le passage du cyclone Irma, à Saint-Martin, ils ont démontré leurs excellentes capacités réactives. Si besoin, ils sauront donc faire face à toute évolution possible de la crise sanitaire en cours.

Une politique de sécurité très encadrée

Pour continuer de fournir de l’électricité à tous les sites clés, Enedis applique une politique de sécurité très encadrée. Ce, en accord avec les préfectures. Ainsi, le distributeur veille à privilégier le réseau électrique des hôpitaux, ainsi que des maisons de retraite. Pour cela, il est capable d’intervenir rapidement sur leurs groupes électrogènes, si nécessaire. De plus, Enedis surveille aussi particulièrement les gymnases. Car ces lieux peuvent être amenés à accueillir un public important, en situation de crise. Pa conséquent, Enedis a scrupuleusement repéré les endroits les plus sensibles, afin de les sécuriser. Par exemple, la filiale d’EDF peut intervenir très vite sur les groupes électrogènes des hôpitaux. Au cas où une panne surviendrait.

Une consommation en baisse

Le réseau électrique français tiendra, même en cas d’évolution dramatique de la crise sanitaire actuelle

Contrairement à ce que l’on aurait pu craindre, une surconsommation d’électricité n’a pas eu lieu dans les foyers, suite à la mise en place du confinement à domicile. En fait, c’est même l’inverse. Par conséquent, l’épidémie de coronavirus n’a pas créé d’emballement sur le réseau électrique. Factuellement, le 16 mars, la consommation enregistrée d’électricité a chuté d’environ 10 %. Comparativement au lundi précédent. Le Réseau de Transport d’Electricité a expliqué cette baisse par un net ralentissement de l’activité sociale. Celui-ci étant notamment causé par la fermeture imposée des bars et des restaurants. Ensuite, le 17 mars, cette décrue de la consommation électrique s’est encore accentuée. En effet, à cette date, de nombreuses usines ont suspendu leur activité.

Une ressource humaine rassurante : FIRE

En conclusion, le Réseau de Transport d’Electricité (RTE), EDF et Enedis affirment que la pandémie n’aura « […] aucun impact sur le réseau électrique ». Cela, même en cas d’imprévus majeurs. Comme par exemple une catastrophe atmosphérique, qui pourrait détruire une partie des infrastructures du réseau existant. En effet, pour cela, Enedis conserve toujours une ultime ressource : sa Force d’Intervention Rapide d’Electricité, baptisée FIRE. En dernier recours, cette unité d’élite est particulièrement efficace.

Le Bulletin des Communes suggère aussi de lire l’article du site BatiActu :