L'intérêt de la SNCF pour la 5G date depuis 2019. Elle pourrait lui permettre de piloter des trains à distance.

Intérêt de la SNCF pour la 5G : des possibilités d’avenir

25044

Depuis le début du mois, l’intérêt de la SNCF pour la 5G se manifeste par des recherches qu’elle mène en partenariat avec Orange. En particulier, concernant la bande de fréquence des 26 GHz, à laquelle la société ferroviaire s’intéresse depuis 2019. Notamment, pour différentes applications dans le domaine du pilotage et de la maintenance à distance.

Des possibilités prometteuses

L'intérêt de la SNCF pour la 5G date depuis 2019. Elle pourrait lui permettre de piloter des trains à distance.

L’intérêt de la SNCF pour la 5G date depuis 2019. Cette technologie pourrait lui permettre de piloter des trains à distance.

A ce jour, parmi les différentes fréquences dédiées à la 5G, il existe une bande de fréquence classée dans une catégorie spécifique, celle des 26 GHz. Celle-ci appartient au secteur des ondes dites millimétriques. Dotée de nombreux avantages, parmi lesquels d’excellents débits et des temps de latence minimes, cette bande présente toutefois des limites. Entre autres, une modeste capacité à passer au travers des bâtiments et une faible portée. Cependant, ses autres avantages font que l’Agence Nationale des Fréquences persiste à voir en elle l’avenir des transmissions à très haut débit pour la SNCF. Pour cette raison, le groupe ferroviaire continue d’expérimenter le potentiel de cette bande de fréquence. Une fréquence prometteuse, comparable à de la fibre sans fil.

L’intérêt de la SNCF pour la 5G passe par de nombreux tests en cours

Actuellement, grâce à un partenariat commun mené avec Orange, Nokia et l’Institut Mines-Telecom, la SNCF prolonge différents tests en gare de Rennes. Cela dans deux technicentres, qui vont lui servir à améliorer les débits réservés aux voyageurs. Notamment, lorsqu’ils utiliseront des points relais placés dans les gares. Ces derniers étant très utiles en cas d’attente prolongée. En effet, pour l’ARCEP, la bande des 26 GHz devrait bientôt permettre « […] des débits inégalés et des usages inédits ». Ceux-ci étant capables de rivaliser avec la fibre optique. Ainsi, dès 2023, ces performances pourraient ouvrir de futures possibilités de pilotage automatique des trains, de façon partielle, voire complètement autonome.

Des précautions impératives

Auparavant, avant d’utiliser la bande de fréquence des 26 GHz, l’intérêt de la SNCF pour la 5G devra s’accompagner de patience. Afin d’éviter tous les risques possibles et de supprimer tout problème éventuel d’interférence. Dans un premier temps, pour un usage plus modeste, la fréquence des 26 GHz devrait servir à téléguider des charriots et à optimiser l’analyse des images vidéos en temps réel. Cependant, en attendant, les tests de pilotage de trains à distance se poursuivent.