En région Auvergne-Rhône-Alpes, un dispositif massif de tests antigéniques a commencé

En région Auvergne-Rhône-Alpes : un dispositif de tests généralisés

16520

En région Auvergne-Rhône-Alpes : une mesure sanitaire radicale

 

Depuis le 2 novembre, pour enrayer la propagation de la Covid-19 en région Auvergne-Rhône-Alpes, celle-ci a commencé à recevoir 552.000 tests antigéniques. Cela, grâce à une dotation de l’Etat. Ainsi, l’Agence Régionale de Santé de la région a précisé que cette opération préventive concernera d’abord un public ciblé. En fonction de l’observation « […] de la situation épidémiologique du territoire ».

 

Une prévention généralisée

En région Auvergne-Rhône-Alpes, une mesure sanitaire radicale de tests généralisés a commencé

En région Auvergne-Rhône-Alpes, une mesure sanitaire radicale de tests généralisés a commencé

En région Auvergne-Rhône-Alpes, la mise en place de cette opération de tests antigéniques permettra de dépister beaucoup plus efficacement les personnes contaminées. Parfois, sans le savoir. Sur place, ce déploiement à grande échelle apportera un soutien majeur aux laboratoires médicaux. En complément des tests PCR déjà réalisés. Grâce à ce dispositif massif, couvrant douze départements, les personnes qui se savent contaminées peuvent ensuite s’isoler. Notamment de leurs proches. Pendant la période nécessaire. Ce qui est une précaution impérative.

Des distributions prioritaires

Le 2 novembre, en région Auvergne-Rhône-Alpes, une distribution de tests antigéniques a commencé. Cette opération respecte une logique de priorité. Ainsi, ce dispositif concerne d’abord les établissements médico-sociaux. Parmi eux, les EHPAD. Qui hébergent des personnes âgées ou dépendantes, particulièrement vulnérables. Ainsi, ces établissements recevront 170.000 tests. De plus, les services d’accueil des urgences recevront également 200.000 autres tests. Car ils accueillent très souvent des patients positifs. Par ailleurs, à Lyon, l’aéroport Saint-Exupéry bénéficiera de 20.000 tests. Notamment, pour les voyageurs qui se rendent dans les territoires d’outre-mer. Enfin, 10.000 tests serviront aux instituts de formation sanitaires. En priorité,  ces tests antigéniques s’adresseront aux étudiants qui se rendent dans divers lieux de stage. De fait, ils risquent potentiellement d’y contaminer les personnes fragiles.

Le Bulletin des Communes vous suggère aussi l’article du site de France3 Régions