Cyclotourisme vert : des courtes escapades à bas prix

Cyclotourisme vert : de courtes escapades à bas prix

26678

Le cyclotourisme vert pour de courtes escapades à bas prix. Une récente étude commandée par le Comité National du Tourisme (CNT) a fait apparaître que 28 % des vacanciers français ont choisi pour cet été des destinations de proximités.

Cette étude, réalisée par le site d’avis rémunérés Toluna entre le 12 et le 15 avril, sur un échantillon de 1.000 Français choisis pour leur représentativité, révèle qu’environ 35 % des personnes interrogées ont l’intention de partir en France au vue de l’augmentation du coût des vacances. 

Le cyclotourisme vert de courtes escapades

Le cyclotourisme vert : pour de courtes escapades à bas prix.

Les escapades de proximité bien préparées

Les beaux jours se sont installés et vous avez des fourmis dans les jambes ? Mais où partir ? Plutôt que d’opter pour une destination lointaine, de plus en plus de Français choisissent un ailleurs proche. Le tourisme de proximité a toujours existé et concerne même la majorité d’entre nous.

Les français ont choisi cet été le tourisme de proximité, pour de courtes escapades à la conquête des grands espaces naturels. Cette forme de voyage ou de villégiature n’est pas une nouveauté. « Ce tourisme est né en Angleterre, qui était le premier pays le plus fortement urbanisé. En 1862, 50 % des Anglais habitaient en ville », rappelle Jean-Didier Urbain, auteur notamment de Ethnologue mais pas trop ou Paradis vert (éditions Payot). Étouffés par le smog et les fumées des usines, les habitants des villes sortaient des cités industrielles pour respirer.

« Le cyclotourisme est né ainsi, souligne le chercheur. Il revêtait un aspect quasi thérapeutique, car il fallait à tout prix échapper à la captivité. Et c’est d’autant plus vrai aujourd’hui, le taux de départ en vacances des ouvriers des grandes agglomérations est depuis longtemps supérieur à celui des cadres des zones rurales. »

Le cyclotourisme vert : pour de courtes escapades à bas prix.

Partir à la conquête des grands espaces en toute liberté !

Le trait de fréquentation touristique s’étire du littoral vers la campagne, reflue vers les villes, nouveaux objets de curiosité, d’exploration et de détente. « La France, du point de vue touristique, est aujourd’hui dans une situation analogue à la période d’avant la Seconde Guerre mondiale. Elle se réinvente un tourisme intérieur».

Partir pas très loin, à 100 ou 200 km de chez soi, est de plus en plus recherché, l’été, et aussi hors saison pour de courtes escapades.

 



Née le 16 Janvier 1982, Laurence Laporte fait ses études à l'Institut d'études politiques puis au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, elle exerce son métier dans divers journaux à gros tirage, puis en, en 2019 elle devient éditorialiste au "Bulletin des Communes" et se consacre entièrement à l'écriture.