Une Rue Dans Strasbourg

Tourisme à Strasbourg : mieux accueillir le handicap

3415

Tourisme à Strasbourg : une application dédiée

 Le tourisme à Strasbourg va devenir une pratique plus aisée pour les personnes handicapées. Grâce à une nouvelle application, baptisée « Mon Stras Tour », un circuit touristique pensé pour les personnes à mobilité réduite est désormais accessible. Celui-ci a été précisément étudié pour les visiteurs déficients visuels. Les nouvelles technologies vont leur venir en aide, en leur permettant de découvrir la capitale alsacienne de façon adaptée.

Strasbourg en profondeur

« Mon Stras Tour » permet notamment de tout savoir sur les monuments et lieux historiques de Strasbourg, même sans les voir. Les tests qui ont été réalisés pour vérifier si l’application mobile remplissait son rôle ont tous été positifs. Son principe est simple : faire du tourisme à Strasbourg une pratique ludique, en donnant accès au « premier circuit touristique spécial handicap ». Celui-ci s’adresse aux visiteurs qui se déplacent en fauteuil roulant et aux déficients visuels. L’association strasbourgeoise Yvoir, qui lutte contre la sédentarité des personnes aveugles, est à l’origine de ce concept.

Une visite guidée

L’application propose de radioguider les touristes qui en ont besoin, pour mieux découvrir la Grande Ile. Le parcours prévu s’étend sur 2,5 kilomètres. Il est ponctué de commentaires audio, qui décrivent toutes les caractéristiques majeures de cet itinéraire. Les principaux lieux historiques de Strasbourg dévoilent ainsi leurs secrets. De cette façon, les visiteurs handicapés désirant faire du tourisme à Strasbourg gagnent énormément en autonomie. Ce parcours commence à l’office du tourisme de la ville. D’emblée, il permet de contempler la mythique cathédrale. Ensuite, il s’aventure dans les rues de la ville, expliquant au passage comment est né le marché aux poissons, ou les diverses légendes qui entourent le château des Rohan.

Une application polyvalente

Consultation de l’application mobile

« Mon Stras Tour » est adaptée à divers handicaps. Notamment aux personnes qui se déplacent en fauteuil, qui sont prévenues des obstacles qu’elles peuvent rencontrer, en faisant du tourisme à Strasbourg . Cette aide s’adresse aussi aux visiteurs déficients auditifs. Ils peuvent demander un casque à conduction osseuse, afin de mieux entendre pendant le parcours qu’ils effectuent. Cette application est téléchargeable gratuitement, mais seulement sous Android, sur le site de l’association Yvoir.

Ce n’est qu’un début

Strasbourg est totalement solidaire de cette initiative. Ainsi, d’autres opérations similaires devraient bientôt voir le jour. D’ailleurs, comme l’a récemment déclaré Paul Meyer, adjoint au maire de la ville, « […] un budget de 20.000 euros a été réservé pour avancer encore sur la question du tourisme et du handicap. » On le voit, la question de la mobilité des personnes handicapées et son amélioration reste une question clé dans l’Hexagone. En effet, sa nécessité soulève de nombreux débats et interrogations. Le sujet de l’aménagement des déplacements des personnes malvoyantes concerne plus de 1,7 million de citoyens. Parmi eux, environ 207.000 sont porteurs d’un handicap visuel lourd ou aveugles. Par conséquent, de nouveaux projets, identiques à celui de l’application « Mon Stras tour », devraient être lancés prochainement. D’autres métropoles, comme Grenoble et Toulouse, sont déjà en train d’y réfléchir.

  • Nous vous invitons à lire également notre article sur le label Tourisme et handicap
  • Le Bulletin des Communes vous suggère également le site de l’association Yvoir


Avatar photo

Jean Jacques Alvo, né le 16 mars 1968, est un diplômé renommé de l'Institut d'études politiques de Paris. C'est après un séjour formateur de 2 ans aux États-Unis qu'il choisit d'emprunter le chemin du journalisme. Il fait ses premières armes dans la presse écrite, avant d'occuper une position clé dans le monde du journalisme en 2001. À cette date, il prend les rênes de la rédaction du Bulletin des communes. Sous sa direction, il réoriente la ligne éditoriale du bulletin pour cibler davantage les élus et les citoyens des collectivités locales et territoriales.