La sobriété numérique est l'une des préoccupations de l'exécutif pour préserver le climat.

Sobriété numérique : une tendance défendue par Cédric O

14423

Sobriété numérique : un principe en phase avec la Convention Citoyenne

 

Cédric O devrait annoncer un changement de stratégie à la rentrée. Pour encourager les Français à adopter une plus grande sobriété numérique. Cela, dans le but de préserver le climat, en émettant à terme moins de carbone.

 

Un besoin urgent d’éducation

Dernièrement, Cédric O, Secrétaire d’Etat à la Transition numérique, lors d’une interview donnée à CNews le 30 juillet, a posé une question clé sur la bonne gestion écologique de notre planète. A savoir, est-ce que les Français ont vraiment besoin de regarder autant de vidéos sur le Net ? De poster autant d’e-mails et d’envoyer autant de messages sur les réseaux sociaux ? Une interrogation qui prend tout son sens quand on connaît l’impact considérable de la pollution liée aujourd’hui aux usages croissants des objets numériques.

De fait, la multiplication galopante des forfaits illimités, proposés depuis des années par les opérateurs, n’encourage pas à la sobriété numérique. Pourtant, le Conseil national du Numérique voudrait mettre un terme à certaines mauvaises habitudes. Précisément, en poussant les citoyens à revoir très bientôt leur façon de consommer. Principalement, lorsqu’ils communiquent et se divertissent. Car, comme l’a déclaré Cédric O, « Il y a une question qui se pose sur la pollution par le numérique en règle générale. »

Une volonté gouvernementale affirmée

La sobriété numérique est l'une des pistes de l'exécutif pour obtenir une consommation moins carbonée.

La sobriété numérique est l’une des pistes de l’exécutif pour obtenir une consommation moins carbonée.

Derrière ce constat de pollution, une stratégie gouvernementale, menée conjointement avec Barbara Pompilli, pourrait bientôt voir le jour. Officiellement, pour « […] réduire l’empreinte écologique du numérique ». Sans qu’on sache quels outils sont prévus pour y parvenir, le Secrétaire d’État au Numérique a juste dit qu’il n’envisageait pas à ce jour de mesure économique. Car il a déclaré « Je ne pense pas que tout se résout par des taxes. » Au moins, les internautes peuvent se rassurer. A l’évidence, c’est une bonne nouvelle dans notre contexte économique incertain.

D’après Cédric O, les pistes envisagées par l’exécutif concerneraient plutôt « […] l’éducation et de la formation. » Pour étayer son approche, le Secrétaire a expliqué que la sobriété numérique était comparable au réflexe « […] d’éteindre la lumière ou de fermer le robinet. » Enfin, il a expliqué qu’une consommation numérique à tendance compulsive pouvait se restreindre. Cela, en respectant juste quelques principes simples et en faisant une prise de conscience.

Des mesures bientôt annoncées

Selon l’Agence de la Transition écologique, en 2019, le numérique a engendré 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Or, sans changement culturel dans ce domaine, ce pourcentage pourrait aisément doubler d’ici 2025. Surtout si les particuliers ne changent pas leurs habitudes. Car ils sont responsables de 47 % de ces émissions de carbone. Les data centers n’émettant pour leur part qu’un quart de ces gaz. Et les infrastructures réseau en produisant seulement 28 %. Concernant l’Hexagone, en matière d’énergie décarbonée, l’électricité française a l’avantage d’être produite par notre vaste parc de centrales nucléaires. Bien qu’avec des déchets potentiellement dangereux.

Cependant, le gouvernement semble bien décidé à encore améliorer la sobriété numérique du pays. Reste maintenant à savoir plus précisément comment il compte s’y prendre. Pour que nous devenions plus vertueux. Ce qui devrait bientôt être dévoilé par Cédric O, qui comblera ainsi les recommandations de la Convention Citoyenne.