Reconnaissance faciale : désormais à Paris

Visage scanné par reconnaissance faciale

Reconnaissance faciale, un outil de sécurité

Élisabeth Borne, la ministre des Transports, a annoncé vendredi dernier à Orly la mise en place dans les aéroports parisiens de nouveaux sas de sécurité, munis d’un dispositif de reconnaissance faciale. Ces équipements de nouvelle génération devraient permettre d’écourter les vérifications de routine effectuées aux frontières.

Une technologie améliorée

L’installation de ces sas modernisés, utilisant le système de contrôle automatisé PARAFE (Passage Automatisé Rapide Aux Frontières Extérieures) de reconnaissance faciale, devrait éviter que les formalités de vérifications obligatoires ne durent trop longtemps lors des embarquements. Cette amélioration répond à un mouvement de plaintes, généré par des problèmes d’attente récurrents, survenus l’été dernier. En 2017, les aéroports français avaient en effet connu de sérieuses difficultés dans ce domaine, dues à des délais trop longs, particulièrement éprouvants pour les voyageurs. Cette gêne avait été flagrante au moment des départs massifs en vacances.

Un temps d’attente réduit

À l’occasion de sa visite à Orly, la ministre a déclaré : « Le gouvernement s’est mobilisé pour avoir cette année un passage beaucoup plus fluide. », grâce à la reconnaissance faciale. Désormais, l’objectif fixé dans les aéroports est de ne pas dépasser la durée moyenne de 30 minutes pour contrôler un passager européen. Ce temps ne devrait pas excéder 45 minutes pour un voyageur issu d’un pays extérieur à l’UE. En soutien à ce nouveau dispositif, 300 policiers supplémentaires ont été affectés aux aéroports de Roissy et d’Orly.

Un contrôle digital accéléré

Grâce aux nouveaux sas utilisés, capable d’effectuer une reconnaissance faciale fiable, le visage de chaque passager peut être désormais scanné en 10 à 15 secondes, ce qui permet de le comparer très rapidement à la photo de son passeport. Le contrôle classique, qui avant était effectué à partir des empreintes digitales, prenait lui entre 30 et 45 secondes. Cet ancien type de vérification sera néanmoins conservé, mais on estime que 45 % des passagers peuvent aujourd’hui être identifiés grâce au système automatisé de reconnaissance faciale PARAFE. Actuellement, 21 sas ainsi équipés ont été mis en service à Roissy Charles de Gaulle, ainsi que 15 appareils à Orly. D’ici la fin de l’année, ce dispositif global devrait atteindre 95 sas, installés dans les deux aéroports. Le matériel supplémentaire qui a été prévu doit commencer à être aménagé dès le mois de septembre.

Le Bulletin des Communes suggère aussi : Lire 

Le Bulletin des Communes conseille : Lire