Avec le robot Pepper, l'assistance à domicile des seniors dépendants pourrait s'améliorer.

Pepper : un robot souriant pour mieux vieillir à domicile

8940

Pepper : un nouvel assistant qui veille sur le bien-être

Aujourd’hui, on connaît mieux les avantages du fait de vieillir à domicile. Plus qu’une tendance, c’est devenu une pratique établie. En effet, au quotidien, l’autonomie des seniors, parfois dépendants, s’en trouve améliorée. Aujourd’hui, cet enjeu de santé publique, lié aux services à la personne, pourrait évoluer grâce à une nouvelle aide : celle apportée par les robots. Pepper en est l’un des exemples prometteurs.

Pour augmenter l’espérance de vie

Le robot Pepper est très bien perçu par les seniors.

Le robot Pepper est très bien perçu par les seniors.

Selon différentes études menées par des gérontologues, la solitude et l’absence d’échanges sociaux pourraient diminuer l’espérance de vie. Face à ce risque, les robots pourraient réduire ce danger. Car ils sont, pour certains, capables d’assister des personnes dans leurs tâches quotidiennes. Des capacités étonnantes, susceptibles d’entraîner une vraie démocratisation, d’ici quelques années. Aujourd’hui, le robot Pepper est un exemple évident des avantages offerts par ce type d’assistant. D’abord, d’aspect très sympathique, il plaît autant aux enfant qu’aux personnes âgées. Différents tests l’ont prouvé. En plus de son apparence positive, dans une version agrandie, Pepper pourrait également soutenir un humain, en cas de risque de chute. Voire le relever, s’il tombe vraiment. Par ailleurs, Pepper pourrait aussi surveiller le suivi d’un traitement. En contrôlant les prises de médicaments. Enfin, il pourrait même prendre contact avec l’entourage d’une personne, ou un médecin, s’il détecte un problème. Par exemple, une fumée anormale. Comme on le voit, les possibilités de prise en charge fournies par un robot seront très utiles pour assister une personne chez elle.

Un avenir prometteur

Le robot Pepper pourrait surveiller efficacement des seniors dépendants.

Le robot Pepper pourrait surveiller efficacement des seniors dépendants.

Même si l’avenir du futur marché de l’assistance via des robots est difficile à évaluer, on a déjà pu vérifier que les seniors étaient déjà enthousiastes. De fait, ils sont rarement craintifs face à cette nouvelle technologie. Ainsi, Pepper l’a démontré. Après une rapide phase d’observation, les seniors perçoivent plus souvent les robots comme bienveillants, plutôt que comme une présence froide. Par la suite, les capacités offertes par les robots pourraient encore être amplifiées, en les associant aux progrès de la domotique. Dans ce cas, l’autonomie des personnes dépendantes vivant à domicile pourrait alors être profondément transformée.

Une croissance attendue

Les seniors apprécient de jouer avec le robot Pepper.

Les seniors apprécient de jouer avec le robot Pepper.

En 2018, d’après une estimation du cabinet Erdyn, le marché de la robotique dédiée à l’assistance aux personnes dépendantes représentait déjà entre 1 et 2,5 milliards d’euros. De plus, d’ici 2025, ce seul secteur devrait représenter 80 % du marché global des robots. Cette croissance prévisible encourage de nombreuses sociétés spécialisées à créer de nouveaux moyens pour aider les personnes dépendantes. Notamment pour les seniors. Cela, en produisant des robots capables de les assister au cours de leur maintien à domicile. En effet, ces nouveaux « aidants » peuvent déjà, comme Pepper, effectuer une bonne surveillance. Ces robots peuvent également stimuler la mémoire des seniors, ou encore atténuer leur sensation d’isolement. A l’avenir, si ces robots se démocratisaient, ils pourraient permettre aux professionnels de santé d’évoluer dans leur fonction. Ainsi, au quotidien, ces soignants pourraient alors passer d’un simple rôle d’assistants à une fonction plus impliquée socialement. Entre autres, en consacrant plus de temps aux personnes vraiment dépendantes. Notamment, celles souffrant de la maladie d’Alzheimer.




 


 






Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.


Laisser un commentaire