DERNIERES INFORMATIONS
Search
Inventer un tourisme du futur obligera peut-être ce secteur professionnel à trouver de nouveaux modèles.

Inventer un tourisme du futur : des règles modifiées par la pandémie ?

1390

Aujourd’hui, la question de savoir s’il faudra inventer un tourisme du futur occupe l’esprit de nombreux professionnels de ce secteur, en plein bouleversements structurels. En effet, à court terme, changer d’orientation deviendra peut-être obligatoire.

Des pertes financières considérables

Inventer un tourisme du futur obligera peut-être ce secteur professionnel à trouver de nouveaux modèles économiques.

Inventer un tourisme du futur obligera peut-être ce secteur professionnel à trouver de nouveaux modèles économiques.

A ce jour, la crise sanitaire a déjà laissé une empreinte profonde sur le secteur du tourisme. Ainsi, on estime qu’en 2020, l’activité mondiale des arrivées internationales a baissé de 74 %. Ce qui aurait provoqué une chute des recettes à l’exportation de 1.300 milliards de dollars. De la même manière, dans l’Hexagone, l’année dernière, le secteur du tourisme a perdu plus de 40 % de sa valeur. Ce qui aurait causé une perte globale de 61 milliards d’euros. Soit, près de 41 % des recettes totales. En grande partie, à cause du retrait d’une large proportion de la clientèle étrangère. Ce qui pose maintenant la question de l’espoir d’un redémarrage. Evidemment très attendu.

Or, ce mouvement pourrait se concrétiser rapidement. Si l’on en croit plusieurs enquêtes récentes. Celles-ci ont révélé de fortes envies de voyager chez 87 % des Européens. Et de 67 % chez les Français. Cela, dès la levée des restrictions sanitaires. Une annonce qui se fait toujours attendre.

Des signaux révélateurs

Récemment, un indice révélateur a confirmé cette forte envie de voyager. En effet, certaines agences françaises ont enregistré le double de leurs prises de commandes habituelles. Celles-ci s’accompagnant en plus de budgets plus élevés. Aussi bien pour des déplacements en France qu’en Europe. D’ailleurs, il existe également autre signe avant-coureur : les réservations chez Airbnb France, qui sont en hausse d’un quart de leur chiffres habituels. Enfin, les parcs de loisirs enregistrent aussi un net frémissement sur leurs sites de réservations. Cependant, les vols longues distances peinent à repartir. Et cela risque de durer.

Une menace pour les vols long-courriers ?

A l’avenir, si la crise sanitaire devait contraindre les voyageurs à s’habituer à des formes de tourisme plus locales, les vols long-courriers pourraient se raréfier. De plus, cette tendance pourrait encore se renforcer avec la volonté de protéger l’environnement. En effet, ce courant écologique existait déjà avant la pandémie. Ainsi, ces vols deviendraient seulement réservés à des destinations très exotiques. Dans ce cas, cette évolution obligerait les compagnies aériennes à repenser en profondeur leurs stratégies commerciales. Et donc à inventer un tourisme du futur.