L'émission des ondes des smartphones sera plus contrôlée en 2021

Émission des ondes : un contrôle renforcé des smartphones dédiés à la 5G

15190

Émission des ondes : une crainte toujours présente

 

Ce 12 octobre, Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique, a annoncé le contrôle de 140 smartphones l’année prochaine. Cela, pour vérifier qu’ils respectent bien la réglementation sur l’émission des ondes. Surtout les modèles captant la 5G.

 

Des contrôles pour rassurer

un portable dans une main pour le danger d'une émission des ondes

L’émission des ondes des smartphones, notamment ceux captant la 5G, suscite toujours des craintes

En pratique, c’est l’Agence Nationale des Fréquences qui effectuera ces vérifications techniques. Pour l’ANF, par rapport à l’année dernière, cela représente le double d’appareils à contrôler. En priorité, les tests s’appliqueront aux modèles les plus populaires. Avec une large part pour les modèles recevant la 5G. Cela, afin de tenter d’atténuer la méfiance actuelle de certains consommateurs. Portant sur l’émissions des ondes. En effet, cette nouvelle technologie mobile suscite toujours des craintes. Y compris chez certains élus. Qui demandent parfois des moratoires pour ne pas qu’on l’installe dans leur commune. Techniquement, ces vérifications de l’ANF insisteront sur un critère : le Débit d’Absorption Spécifique, ou DAS. En clair, cette mesure porte sur la quantité d’énergie dans les ondes électromagnétiques. Que le corps humain absorbe ensuite. Celle-ci s’exprime en watts par kilogramme (W/kg).

Un indice de protection impératif

Cet indice DAS se mesure près de la tête, du tronc et des membres. A proximité de la tête, il ne doit pas excéder la limite de 2 W/kg. Ce seuil, défini par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non-ionisants, provient de recherches faites en 1998. Cependant, ses recommandations sur l’émission des ondes ont été réactualisées en mars 2020. Théoriquement, si cet indice est respecté, aucun échauffement des tissus n’est à craindre pour l’utilisateur. De plus, par sécurité, le DAS doit désormais clairement figurer sur le descriptif technique de tout smartphone. En cas de dépassement de la limite permise, même infime, des sanctions peuvent alors s’appliquer. Contre le constructeur. Par ailleurs, le produit concerné doit être modifié, voire retiré de la vente.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.