Les opportunités du Black Friday vont aussi multiplier les cyberattaques

Démarrage officiel : le lancement de la 5G a débuté en France

16424

Ce 18 novembre, les opérateurs télécoms ont reçu les autorisations nécessaires au démarrage officiel de la 5G en France. Plus exactement, pour pouvoir utiliser ses fréquences dédiées. Cependant, le feu vert accordé par l’Agence Nationale des Fréquences Radio n’interviendra pas avant demain.

Un décalage à prévoir

un appareil qui va bénéficier du démarrage officiel de la 5G en France

Actuellement, malgré l’annonce de ce démarrage officiel, le protocole permettant d’ouvrir totalement les bandes de fréquences de la 5G n’est pas totalement achevé. Techniquement, il s’agit de la tranche des 3,5 GHz. Néanmoins, l’Agence Nationale des Fréquences Radios, l’ANFR, n’a pas encore donné l’ultime accord nécessaire. Or, sans ce sésame, les opérateurs ne peuvent toujours pas annoncer au grand public que la 5G est désormais accessible. Donc, un décalage est à prévoir. D’autant plus chaque opérateur devra remplir, de son côté, des Dossiers d’Information du Maire. Ainsi, cette contrainte administrative risque encore de retarder l’accès au nouveau service mobile. Environ d’un mois. Sachant que chaque antenne 5G nécessite son propre Dossier d’Information.

Démarrage officiel de la 5G : encore un peu de patience

De fait, il existe à peu près 500 antennes 5G sur le territoire. Une fois qu’elles auront toutes obtenu leur Dossier d’Information du Maire, on pourra les utiliser. Ainsi, les quatre opérateurs historiques pourront enfin exploiter le nouveau réseau. Et ainsi, commencer à amortir leur investissement d’octobre. Celui-ci ayant quasiment atteint les 2,8 milliards d’euros. En clair, bien que son démarrage officiel ait eu lieu, la 5G ne sera pas vraiment utilisable avant la fin de l’année. Et encore, seulement dans quelques grandes métropoles. De plus, sous réserve que leurs maires aient aussi donné leur accord.

Quels sont les avantages de la 5G ? 

Il est naturel de se poser la question de l’intérêt du déploiement de la 5G. Nous allons voir que ce n’est pas qu’une question de débit.

La première des choses, tant que la couverture du réseau 5G n’est pas totalement déployée, pour les premiers utilisateurs, il s’agira d’une simple évolution de la 4G. Pour faire un parallèle avec les box internet, le réseau 5G sera l’équivalent à la fibre optique, alors que la 4G correspondrait à l’ADSL. Ainsi par exemple, le téléchargement d’un film de 10 Go ne mettra que 7 minutes au lieu sz 30 en 4G.  De plus, la capacité de transfert de données étant plus importante, les risques de saturation du réseau sont moindres. Un atout particulièrement appréciable dans les zones densément peuplées.

Une autre particularité de ce réseau est le network slicing. Il permet de découper le réseau en tranches et de configurer en fonction des besoins de chaque appareil. Ainsi, vous bénéficierez d’un réseau intelligent, où les appareils pourront interagir entre eux.  Si vous désirez en savoir plus sur le réseau 5G, et notamment sur les possibilités d’un réseau comme la réalité virtuelle, n’hésitez pas à cliquer sur le lien.

Une fois que la France sera totalement couverte, de nouveaux services pourront voir le jour. En effet, la 5G permettra de réduire la latence. Alors qu’il fallait 10 secondes pour que les informations soient transmises en 4G, ce temps sera réduit à 1 seconde en 5G. Cette spécificité n’est pas un enjeu majeur pour le particulier, mais peut l’être beaucoup plus pour les objets connectés, les voitures autonomes ou la télémédecine par exemple.

Enfin, les antennes 5G sont moins énergivores et plus efficientes que les antennes 4G. À titre d’exemple, pour une même quantité de données, l’antenne 5G consommera 3 fois moins d’énergie.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.