Reconnaissance Faciale

Reconnaissance faciale dans les lycées utilisée en 2019

696

Reconnaissance faciale dans les lycées : une expérience controversée

Visage analyse par reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale dans les lycées va être expérimentée au début de l’année prochaine. Elle aura lieu dans deux établissements scolaires de la région PACA. Les deux lycées concernés se trouvent à Marseille et à Nice. A savoir, respectivement pour ces deux villes, le lycée Ampère et Les Eucalyptus.

Reconnaissance faciale dans les lycées : un essai discuté

Ce dispositif expérimental doit servir à authentifier les élèves qui se rendent en cours, en utilisant la reconnaissance faciale dans les lycées. Certains voient déjà dans cet essai une dérive sécuritaire. Même si son cadre reste limité. Les partisans de cette expérience rétorquent qu’elle se déroulera sur la base d’un volontariat total. Pour les élèves mineurs, l’accord préalable de leurs parents sera nécessaire. Ensuite, chaque lycée choisira deux classes. Bien entendu, les professeurs des établissements testés seront tous informés. De même que les parents des élèves. En juin 2017, ils ont déjà assisté à une présentation sommaire de ce projet. La région PACA a donc accepté de faire installer des caméras dans les deux lycées prévus. De plus, l’Académie et les deux directeurs des établissements volontaires ont approuvé ce dispositif.

Des bornes de reconnaissance

Visage etudie par reconnaissance faciale.

La reconnaissance faciale permet d’authentifier un visage.

Pour mener ce test, les lycéens volontaires valideront leur badge à une borne lorsqu’ils entrent. Ainsi, les caméras pourront confirmer que le profil enregistré correspond bien à celui à l’image. Cette reconnaissance faciale dans les lycées ne s’effectuera que sur une file d’attente placée à part. Ainsi, les élèves qui n’auront pas donné leur accord ne seront pas filmés. Auparavant, les élèves volontaires auront enregistré leur profil biométrique. Celui-ci sera reproduit sur leur badge. Un QR code identifiant figurera aussi sur le smartphone du lycéen. Il n’y aura aucune conservation des données enregistrées. Elles serviront juste localement. Par ailleurs, les caméras ne se déclencheront qu’au moment où le lycéen montrera son badge. Ainsi, les élèves non-consentants ne risqueront pas un enregistrement accidentel.

Identification par reconnaissance faciale :  un accord partiel de la Commission

A ce jour, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) n’a pas approuvé ce projet. Elle n’a fait que donner son avis, estimant que cette expérience sortait du champ habituel de ses compétences. En dernier ressort, ce sont le Conseil d’État et le Gouvernement qui doivent décider. Pour le moment, l’avis de la Commission est que cet essai doit servir à « […] évaluer la valeur ajoutée d’un contrôle d’accès par comparaison faciale à l’entrée d’un lycée. » Pour l’instant, ce système de reconnaissance faciale dans les lycées à l’aide d’un badge devrait fluidifier l’entrée des élèves dans leurs établissements.

 



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.


Laisser un commentaire