L’arrêt du secteur culturel empêche les maires de prendre certaines décisions

Mise à l’arrêt du secteur culturel : les maires veulent des éclaircissements

17257

Mise à l’arrêt du secteur culturel : une situation peu lisible

 

Pour le moment, l’exécutif a décidé la mise à l’arrêt du secteur culturel. Au moins jusqu’au 7 janvier prochain. Une situation très problématique. Pour tous les professionnels de ce secteur qui gèrent des lieux publics. Mais également pour les Établissements Publics de Coopération Intercommunale et les maires. Eux aussi dans l’expectative.

 

Des initiatives de reprise bloquées

Aujourd'hui, l’arrêt du secteur culturel prive les maires d'une visibilité en matière de reprise.

Aujourd’hui, l’arrêt du secteur culturel prive les maires d’une visibilité en matière de reprise.

Actuellement, l’opacité éprouvante dont souffre le secteur culturel rejaillit négativement sur les initiatives possibles pour le faire repartir. Ainsi, François Barouin, maire de Troyes et Président de l’Association des Maire de France, a déclaré qu’aujourd’hui il ne pouvait pas « […] accompagner la reprise de l’activité ». Cela, en raison d’une décision gouvernementale unilatérale. Sur laquelle les maires n’ont pas pu s’exprimer. De plus, sans informations précises sur une future reprise, ils ne peuvent actuellement rien anticiper. Entre autres, en raison d’une gestion trop centralisée de la crise sanitaire en cours. De fait, la mise à l’arrêt du secteur culturel ne tient aucun compte « […] des spécificités territoriales ». Désormais, François Barouin attend une plus grande « […] confiance de la part de l’État ». Notamment, dans le domaine du protocole sanitaire à appliquer localement. Qui tiendrait enfin compte de chaque spécificité territoriale.

Le secteur culturel pénalisé

Par ailleurs, le Président de l’Association des Maires de France a souligné des dissonances incompréhensibles entre les différentes règles sanitaires appliquées. Entre autres, entre les écoles, qui continuent d’accueillir un grand nombre d’élèves, et les cinémas et théâtres qui restent fermés. Alors qu’ils ont mis en place des précautions sanitaires renforcées. Par conséquent, de nombreux maires veulent désormais connaître la fin de la mise à l’arrêt du secteur culturel. Ainsi, ils attendent une confirmation rapide de la date à laquelle cette filière importante pourra redémarrer. Evidemment, dans la mesure où le contrôle de l’épidémie sera jugé satisfaisant.

Des aides à préciser

Enfin, François Barouin attend également que Roselyne Bachelot fournisse au plus tôt des détails sur les soutiens à la Culture. Prévus et octroyés par l’Etat. Autrement dit, les aides auxquelles les communes et les intercommunalités pourront avoir accès. En effet, les critères retenus pour bénéficier de ces aides restent flous. Ainsi, certaines associations risquent de ne pas être éligibles aux aides de droit commun. Par ailleurs, en matière de subventions culturelles, François Barouin souhaite que le Gouvernement confirme dans quel cadre elles seront maintenues. Notamment, en cas d’annulations de manifestations ou de festivals. Enfin, l’Association des Maires de France a de nouveau demandé à l’Etat d’étendre les droits au chômage partiel. Particulièrement pour les collectivités qui emploient parfois des intermittents du spectacle. En effet, la réglementation actuelle ne prévoit toujours pas ce cas de figure. Ce qui les pénalise pendant la mise à l’arrêt du secteur culturel.