Dans la guerre de la 5G, les opérateurs musclent leurs réseaux respectifs

Guerre de la 5G : les opérateurs musclent leurs réseaux respectifs

16294

Aujourd’hui, la guerre de la 5G se fait nettement sentir, avec des milliers de sites en service sur le territoire. Ainsi, le nouveau réseau français à vocation mobile hyper rapide est en train de se consolider. Une réalité que confirme l’Agence Nationale des Fréquences, l’ANFR. Celle-ci ayant dorénavant enregistré plus de 17.550 sites déjà opérationnels.

Une couverture encore limitée

Dans la guerre de la 5G, les opérateurs musclent leurs réseaux respectifs pour satisfaire l'attente des usagers.

Dans la guerre de la 5G, les opérateurs musclent leurs réseaux respectifs pour satisfaire l’attente des usagers.

Actuellement, pour préciser le déploiement 5G existant sur le territoire, on comptabilise environ 29.000 sites autorisés à émettre en ultra haut débit. Parmi eux, 17.559 sont d’ores et déjà prêts à être actifs, selon les quatre opérateurs historiques. Pour cela, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile doivent utiliser trois fréquences distinctes, utilisant les bandes 700 MHz, 2,1 GHz et 3,5 GHz. Cette dernière étant la plus importante. Néanmoins, malgré les sites créés, la couverture française donnant accès à cette nouvelle technologie reste encore limitée. Ce qui est normal, après un déploiement qui ne date même pas d’un an.

L’obligation de mutualiser certaines bandes de fréquences

A ce jour, les opérateurs télécoms déclarent que plus de 60 % de leurs sites sont opérationnels en 5G. Mais d’après la dernière estimation de l’ARCEP, en juin dernier, le nombre des sites vraiment ouverts au public n’atteindrait que 16.807. Cette différence s’expliquant par la mutualisation des bases de fréquences, mise en place dans certains sites.

Une répartition des sites plutôt homogène

Pour l‘instant, dans la guerre de la 5G, Free Mobile affirme posséder le plus grand nombre de sites. Cela, grâce à une conversion technique de son ancien réseau 4G. Ce qui lui a permis de réorienter rapidement l’activité de son infrastructure opérationnelle. Néanmoins, cette tactique a aussi été utilisée par ses concurrents. Dans le but d’aller plus vite. Ce qui fait qu’au final, les chiffres atteints par les quatre opérateurs sont désormais très proches. Ce qui est sûr, c’est que ces conversions des anciens réseaux en sites 5G a permis d’éviter de longs pourparlers avec certains maires.

Un réseau qui s’étend

Désormais, un total de 20.000 sites 5G opérationnels pourrait être atteint et même dépassé d’ici deux mois. A condition de maintenir le rythme intensif du déploiement actuel. Ainsi, la rentrée pourrait coïncider avec un nombre de sites opérationnels de plus en plus satisfaisant.