En France, la fin des chaudières au fioul sera une décision écologique radicale

La fin des chaudières au fioul : une décision écologique radicale

16821

La fin des chaudières au fioul : une mesure forte de l’exécutif

 

Depuis peu, le Gouvernement a décidé que les logements individuels neufs ne se chaufferont bientôt plus au gaz. Ce qui signe la fin des chaudières au fioul. Ainsi, ce mardi, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a expliqué qu’une nouvelle réglementation s’appliquera dès l’été prochain. Celle-ci s’appelle « RE 2020 ». Selon les propres termes de la ministre, « Il s’agit d’une rupture majeure ».

 

Priorité aux maison individuelles

La fin des chaudières au fioul pour les habitations individuelles constituera une mesure forte de l’exécutif

La fin des chaudières au fioul pour les habitations individuelles constituera une mesure forte de l’exécutif.

Suite à cette annonce, à moyen terme, la construction des bâtiments individuels neufs n’intègrera plus en France de chauffage au gaz. Par conséquent, ce sera la fin des chaudières au fioul. En revanche, pour les logements collectifs, cette mesure ne s’appliquera qu’à partir de 2024. De fait, le choix de Barbara Pompili constitue effectivement « une rupture ». Car la précédente réglementation thermique de 2012 favorisait au contraire l’usage du gaz. Mais depuis, on sait que l’usage du gaz naturel contribue largement au réchauffement climatique. Avec des rejets de dioxyde de carbone qui sont sept à dix fois supérieurs à un chauffage utilisant des énergies renouvelables.

Des solutions de remplacement

En France, on estime que le chauffage au gaz représente environ 18 % des émissions de gaz à effet de serre. Par conséquent, imposer une nouvelle norme, basée sur la fin des chaudières au fioul, permettra de réduire d’au moins 30 % la consommation quotidienne d’énergie. Donc, des émissions de CO2. Cependant, à la place, l’usage de l’électricité deviendra plus important. Pour favoriser une mutation, le Gouvernement veut remplacer le fioul par des pompes à chaleur. A la fois plus économiques et plus vertes. Ou encore par des chaudières à bois ou à condensation. Egalement plus écologiques. Lorsqu’elle sera appliquée, cette mesure sera l’une des plus emblématiques de celles proposées par la Convention Citoyenne pour le Climat.

De nouvelles aides probables

Cependant, cette transition énergétique comporte des obstacles. En effet, d’après l’Insee, les ménages qui se chauffent actuellement au fioul sont en majorité les plus modestes. Et situés en zones rurales. D’où un risque de fracture sociale. De plus, ce mode de chauffage concerne aussi de nombreux retraités, ayant de faibles pensions. Au total, cela représente trois millions de foyers. Pour ces diverses raisons, la fin des chaudières au fioul devra sans doute s’accompagner d’aides de l’Etat. Qui viendront renforcer la prime à la conversion des chaudières au fioul et au gaz. Déjà instaurée depuis janvier 2019. Ainsi, ces aides pourraient venir compléter le dispositif de l’écoprêt à taux zéro. De plus, elles permettraient de contrer les récentes augmentations du fioul. Dont le prix a dernièrement doublé. A cause des fluctuations du cours du pétrole. Cette mesure écologique permettra alors de réduire les coûts de chauffage des ménages.