Fermeture prolongée : les remontées mécaniques resteront à l’arrêt

Fermeture prolongée : les remontées mécaniques resteront à l’arrêt

18248

Fermeture prolongée : une profonde déception de la filière

 

Alors que les vacances scolaires de février commencent ce samedi, la fermeture prolongée des remontées mécaniques continuera de peser lourdement sur cette saison. Ainsi, la dernière annonce de Jean Castex sur le maintien de cette contrainte sanitaire a retiré tout espoir aux professionnels de ce secteur touristique. Pour justifier sa décision, le Premier ministre a expliqué que les autres pays européens avaient globalement fait le même choix.

 

Des aides maintenues

La fermeture prolongée des remontées mécaniques est une profonde déception pour la filière des métiers de montagne.

La fermeture prolongée des remontées mécaniques est une profonde déception pour la filière des métiers de montagne.

Cependant, Matignon a admis que cette fermeture prolongée constituait pour la filière des métiers d’hiver un « choc sans précédent ». De fait, tous les commerçants qui vivent de la location de matériel de ski pourront bénéficier d’aides. De même que ceux qui sont tributaires des remontes-pentes. En pratique, le fonds de solidarité gouvernemental versera ces aides. Incluses dans le Plan Tourisme. Ainsi, ce dispositif prévoit de soutenir toutes les entreprises concernées. A hauteur de 20 % de leur chiffre d’affaires. Cela, dans une limite de 200.000 euros. A condition que ces professionnels aient perdu 70 % de leur chiffre d’affaires. De plus, l’Etat pourra aussi prendre en charge les charges fixes de ces entreprises de montagne. Y compris pour les sociétés qui ne dépassent pas un million d’euros de chiffre d’affaires mensuel. De cette manière, ce dispositif couvrira la période du premier semestre 2021.

Une évolution surveillée de près

Pour Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au Tourisme, cette fermeture prolongée des remontées mécaniques s’explique d’abord par un manque de visibilité. Auquel le Gouvernement doit faire face, concernant l’évolution des contaminations. En effet, selon les dernières déclarations du secrétaire d’Etat, les directives actuelles sont soumises à « […] un pilotage quotidien et hebdomadaire permanent ». Ce qui explique le maintien de cette restriction. Même si elle bloque radicalement la pratique du ski alpin. Néanmoins, à ce jour, la pratique du ski de fond, de la luge ou des randonnées en raquettes reste ouverte. Par la suite, Jean-Baptiste Lemoyne n’a pas caché que c’est l’évolution à court terme de l’épidémie qui dictera les prochains choix de l’exécutif.