Projet d'écoquartier à Dijon

Dijon, un écoquartier se dessine !

25903

Dijon, un écoquartier se dessine. Une candidature de projet venant de l’aménageur Linkcity a été proposée dans la zone du pont des tanneries avec pour but de créer un nouveau quartier. Nous parlerons dans ce qui suit des propriétés de cet écoquartier à Dijon, de ses différentes installations et autres structures spécifiques ainsi que des enjeux qu’il pourra entraîner.

Retour sur la démarche de construction d’un écoquartier dans la ville de Dijon

Retour sur la démarche de construction d’un écoquartier dans la ville de DijonÀ Dijon, un écoquartier se dessine et se voit notamment surnommé la nouvelle Bruges. Cet aménagement urbain prévoit une multitude de concepts qui ont été portés via les voix des élus de Dijon plus spécifiquement en Côte d’or avec des aspects comme :

  • Une architecture qui se rapproche de Faubourg ;
  • La présence de briques ;
  • L’installation de nombreux canaux.

La filiale de Bouygues construction spécialisée dans le développement immobilier appelée Linkcity est celle qui sera en œuvre pour la mise en place du projet. Le concept vise particulièrement à réduire les risques d’inondation en faisant en sorte de créer des espaces plus intelligents et adaptés tout en travaillant pour créer une autosuffisance alimentaire. C’est dans cette optique qu’une stratégie environnementale a été mise en place de sorte à parer aux conditions climatiques instables, aux changements de températures et autres défauts de mobilité. C’est par ailleurs ce qui a inspiré la labellisation de l’écoquartier.

Précisions techniques et fonctionnement de l’écoquartier placé à Dijon

Dans certaines idées du projet comme la gestion des îlots de chaleur ou l’aménagement paysager, le programme revêt des traits d’organisation pilote. On y retrouvera entre autres un jardin de pluie qui aura pour but d’absorber les inondations et sera disposé sur une surface qui couvre plus d’un demi hectare. Les ressources comme les fruits et légumes qui y seront produits devront, quant à eux, être commercialisés via des circuits particulièrement courts afin de fournir en priorité les restaurants locaux.

La première phase devra en théorie être engagée vers la fin de l’année 2022 si le permis de construction de cette dernière est validé suite à l’étape d’instruction. Cette phase concernera d’ailleurs le centre du quartier comprenant les logements, l’espace public central de même qu’une résidence pour les seniors.



Née le 16 Janvier 1982, Laurence Laporte fait ses études à l'Institut d'études politiques puis au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, elle exerce son métier dans divers journaux à gros tirage, puis en, en 2019 elle devient éditorialiste au "Bulletin des Communes" et se consacre entièrement à l'écriture.