Le déploiement des centres de vaccination révèle des inégalités territoriales

Déploiement des centres de vaccination : des inégalités évidentes

17766

Déploiement des centres de vaccination : plus d’emplacements que prévu

 

Actuellement, sur le territoire, le déploiement des centres de vaccination a atteint un total de 834 emplacements. Ce chiffre est vérifiable sur le site gouvernemental sante.fr. Bien que ce résultat dépasse l’objectif initial de 600 centres, il n’est pas une bonne nouvelle pour tout le monde. En effet, sur le territoire, l’inégalité de cette répartition est flagrante. Parfois, avec un énorme différentiel.

 

Un accès plus large

Le déploiement des centres de vaccination a permis de totaliser plus d’emplacements que prévu.

Le déploiement des centres de vaccination a permis de totaliser plus d’emplacements que prévu.

Désormais, les vaccins sont accessibles à de nouvelles catégories de citoyens. A savoir, les personnes âgées de plus de 75 ans qui ne séjournent pas en EHPAD. Ainsi que pour les citoyens qui, quel que soit leur âge, sont porteurs de pathologies qui pourraient entraîner « […] un très haut risque de forme grave ». De fait, le Premier ministre a promis que tous les Français concernés pouvaient s’inscrire dès maintenant dans l’un des centres de vaccination disponibles. En prenant simplement rendez-vous. Soit par Internet, soit par téléphone.

Un maillage territorial très inégal

En terme de répartition, on observe aujourd’hui que certains départements comptent nettement moins de centres que d’autres. Parmi les départements qui ne bénéficient que de deux centres, il faut citer la Sarthe, la Lozère, la Haute-Loire et la Meuse. Dans l’Allier, l’Ain, l’Aveyron, l’Aube, la Drôme, la Vienne, la Martinique et la Guyane, on comptabilise juste trois centres. En revanche, dans les Alpes-Maritimes, l’Hérault, les Bouches-du-Rhône et la Charente-Maritime, on atteint entre 20 et 21 centres. Et même 33 centres en Haute-Garonne ! De fait, à ce jour, seulement un tiers des départements parvient à bénéficier de 5 à 7 centres. A l’origine, cette moyenne était l’objectif de l’exécutif.

Déploiement des centres de vaccination : des approvisionnements problématiques

Par la suite, à cause de ce déploiement inégal des centres de vaccination, potentiellement préjudiciable, des manques d’approvisionnement pourraient survenir. En effet, alors que le nombre de doses reste pour l’instant limité, il faudra malgré tout fournir tout le territoire. Et cela, de manière équitable. Ce qui pourrait causer des difficultés.

Vacciner les personnes prioritaires

Pour l’instant, les échanges entre le ministère de la Santé et les associations d’élus n’ont pas validé le principe d’une priorité de distribution des vaccins. Pour les zones les plus contaminées. Cela, à partir de la gravité enregistrée sur le terrain. En revanche, pour les futures distributions du vaccin Moderna, une préférence interviendra pour les régions les plus touchées. Ainsi, on attend l’arrivée de 100.000 doses. Sur deux semaines. De plus, pour répondre à une attente de nombreux maires, le ministère ne s’est pas opposé à l’usage du fichier Canicule. Afin que les communes puissent contacter les personnes prioritaires pour une vaccination. Cependant, l’usage de ces informations privées devra strictement se limiter aux communes concernées.

Des kits de communication

Enfin, le ministère a expliqué que des « kits de communication » sur la vaccination sont actuellement en cours d’élaboration. Dès qu’ils seront prêts, ils seront largement distribués. Par conséquent, dans les prochains jours, ces kits devraient soutenir le déploiement des centres de vaccination.