Un cerf traqué lors d'une chasse à courre a tenté de se réfugier dans la gare de Chantilly

Cerf traqué : une chasse à courre perturbe la gare de Chantilly

17770

Cerf traqué : un nouvel incident anachronique

 

Ce mardi, pour tenter d’échapper à une meute de chiens, un cerf traqué a tenté de trouver refuge dans la gare de Chantilly. Cet incident a interrompu le trafic ferroviaire pendant près de trois heures. Car l’animal, se sentant acculé, errait sur les voies. De fait, l’événement a provoqué d’importants retards de trains. Et la colère de la maire, Isabelle Wojtowiez.

 

Une atteinte à la sécurité

A Chantilly, à cause d'une chasse à courre, un cerf traqué par une meute de chiens bloque des trains en se réfugiant dans la gare.

A Chantilly, à cause d’une chasse à courre, un cerf traqué par une meute de chiens bloque des trains en se réfugiant dans la gare.

Ce type d’incident reste rare, mais il n’est pas unique. En effet, il arrive que des chasses à courre engendrent des troubles urbains. En pourchassant des animaux jusque dans des centres-villes. A Chantilly, la police et les pompiers ont dû intervenir. Afin d’empêcher que ce cerf traqué ne provoque un accident. De plus, des vétérinaires ont tenté d’endormir l’animal. Afin de sécuriser la gare. Mais sans succès. Finalement,  l’animal a réussi à rejoindre tout seul la forêt.

Une maire en colère

Sur Facebook, la maire de Chantilly n’a pas hésité à dire que cet événement était « inqualifiable ». Ajoutant que « […] en aucun cas, un animal ne peut être chassé jusqu’en centre-ville. » Car cette poursuite surréaliste « […] a mis en danger la sécurité des piétons […] ». Ce qui aurait pu « […] générer des accidents routiers […] ». D’ailleurs, Isabelle Wojtowiez a promis qu’elle allait prendre des mesures pour que ce « spectacle désolant » ne se reproduise plus dans sa ville.

Une image négative

Sur place, Léa Le Faucheur, membre d’un collectif qui lutte contre la chasse à courre (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui), affirme que certains chasseurs ont continué à poursuivre ce cerf traqué dans Chantilly. De son côté, Laurent Facques, responsable de la communication pour la vénerie en Picardie, l’a en partie admis. En concédant que lors de cet incident, des membres de l’équipage de la chasse à courre avaient bien suivi l’animal jusqu’à la gare. Au-delà des faits, cette traque d’un cerf en milieu urbain fait resurgir le débat houleux sur la vénerie. Parfois assimilée à de la maltraitance animale. Et qui, selon plusieurs sondages, choque de nombreux Français.

Une tradition dépassée ?

Aujourd’hui, plus de 80 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient contre cette forme de chasse. Souvent considérée comme une pratique d’un autre âge. D’ailleurs, en octobre 2020, une proposition de loi pour interdire la chasse à courre a été déposée à l’Assemblée. En tous cas, sans polémiquer, il est indéniable que cette pratique n’a pas sa place en ville.