La reprise économique doit favoriser l'économie décarbonée.

Vers une économie décarbonée : le credo de Bruno Le Maire

13879

Vers une économie décarbonée : un livre manifeste

 

Dans son dernier livre, publié mardi dernier, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire développe ses convictions écologiques. Il y explique sa vision de l’avenir. Elle plaide en faveur d’une relance économique qui respectera l’environnement. Cela, en tirant des enseignements de la crise sanitaire.

 

Un plaidoyer écoresponsable

Publié dans la collection Tracts de crise, aux éditions Gallimard, ce petit livre est un plaidoyer persuasif en faveur d’une future « économie juste et décarbonée ». Cela, grâce au développement d’une « Europe souveraine ». Dans son ouvrage, Bruno Le Maire appelle à mettre en oeuvre une vraie « relance verte ». Après le séisme économique provoqué par l’épidémie de Covid-19. A ses yeux, ce bouleversement inédit de nos modes de vie ne doit pas faire oublier l’enjeu essentiel de la lutte déjà engagée contre le réchauffement climatique. Car selon le ministre, perdre ce combat engendrerait des catastrophes encore bien pires que le coronavirus.

Ainsi, pour ne pas nous laisser envahir par un effet de serre délétère, Bruno Le Maire veut « accélérer la transition écologique ». Pour cela, Bruno Le Maire considère que l’épisode douloureux de la crise de Covid-19 nous offre dès maintenant une opportunité unique de réflexion. Car pour le ministre, cette crise constitue « […] une chance unique de redéfinir notre propre modèle économique, national et européen ».

La lutte contre le réchauffement de la planète doit rester active

portrait de Bruno Le Maire engagé en faveur dans une économie décabornée

Bruno Le Maire plaide en faveur d’une économie décarbonée.

En clair, les convictions que détaillent Bruno Le Maire doivent impérativement être étayées par une lutte active contre le réchauffement climatique. En effet, vouloir atteindre trop vite un rebond économique pourrait gravement menacer les objectifs fixés par l’accord de Paris. Donc, s’orienter vers une économie décarbonée reste impératif. Tout en restant vigilant. Particulièrement dans un environnement où le prix du pétrole est tombé très bas. Ce qui pourrait encourager des abus, nuisibles à une nouvelle économie verte. L’objectif que s’est fixé Bruno Le Maire est ambitieux. De fait, il espère parvenir à faire de notre économie « […] la première économie décarbonée de la planète ».

Des outils efficaces et concrets pour une économie décarbonée

Pour se hisser au niveau de ses objectifs écologiques, Bruno Le Maire explique que les futurs investissements français doivent s’appuyer sur des secteurs primordiaux. Notamment, celui du « renouvellement de notre flotte aérienne » et l’essor des véhicules électriques. De plus, la rénovation de nombreux bâtiment énergivores sera également un chantier clé. Pour cela, le ministre de l’Economie préconise de s’orienter vers une économie hexagonale mieux « protégée ». Néanmoins, cela ne doit pas être confondu avec une politique protectionniste. Pour aller vers une économie décarbonée, le ministre veut mettre en place une « juste taxation des multinationales et des géants du numérique ». Ainsi que l’application d’une « taxe carbone aux frontières européennes ». Sans pour autant remettre en cause le processus de mondialisation. Car si cela se produisait, pour Bruno Le Maire, ce recul constituerait une « régression historique ». Ce qui aurait pour conséquence, entre autres, « d’appauvrir la France ».