Les ventes de masques chirurgicaux ont été un succès pour la grande distribution.

Ventes de masques : un succès qui ulcère les professionnels de Santé

13567

Ventes de masques : une manne pour la grande distribution

 

Depuis le 4 mai dernier, la grande distribution peut vendre des  masques. Or, grâce à l’obtention de ce feu vert, ce secteur a pu engranger un chiffre d’affaires proche des 100 millions d’euros. Cela, en seulement trois semaines.

 

Un grand succès des ventes

Entre le 4 et le 24 mai, le succès engendré par les ventes de masques chirurgicaux ou en tissu a entraîné un bond de 16 % des achats de produits de grande consommation. Au cours de la première semaine, ce bond a même atteint les 22 %. Ces chiffres proviennent d’études marketing émanant du cabinet Nielsen. Ce succès indéniable est d’autant plus conséquent qu’on estime à 36 % le pourcentage de Français ayant déjà acquis des masques avant le déconfinement. Cependant, ils ont continué à acheter de nouveaux masques.

Une réussite commerciale controversée

Tirant parti de cet engouement, la grande distribution a réalisé exactement 94 millions d’euros de chiffre d’affaires. Rien qu’avec les ventes de masques. Une réussite commerciale qui a fortement déplu aux professionnels de Santé. En effet, une polémique portant sur des stocks de masques soi-disant cachés constituait déjà de fortes tensions.

Des achats réguliers

Les ventes de masques chirurgicaux ont été très favorables aux supermarchés.

En France, les ventes de masques chirurgicaux ont été très favorables aux supermarchés.

Si l’on analyse les ventes de masques réalisées au cours de la première semaine du mois de mai, celles-ci ont représenté 32 millions d’euros de chiffre d’affaires. Encore plus florissante, la deuxième semaine a atteint les 36 millions d’euros. Enfin, au cours de la troisième semaine des ventes, celles-ci ont malgré tout continuer à faire rentrer 26 millions d’euros. Quand on détaille les lieux d’achats propres à la grande distribution, on constate que 57 % des ventes ont eu lieu dans les supermarchés. Un très bon score, en effet, lorsqu’on sait que ce type de magasins ne représente que 37 % du chiffre d’affaires de ce réseau spécifique de vente.

Une polémique engendrée par la pénurie

L’accès soudain à autant de matériel de protection dans la grande distribution, matérialisé par autant de ventes de masques, a amplifié la colère des professionnels de Santé. De fait, ces personnels ont subi pendant la pandémie une pénurie aux conséquences parfois très graves. Ce qui a exacerbé leur mécontentement. Celui-ci s’appuyait sur un nombre important de contaminations parmi les personnels exposés, survenues lors des premiers jours de lutte contre le virus. Par ailleurs, cet afflux brutal de masques « trois plis » a alimenté une polémique. Celle-ci était nourrie par une rumeur portant sur des stocks cachés de masques. Ces derniers auraient été constitués en secret par les grandes enseignes dans leurs entrepôts. Néanmoins, cette stratégie reprochée aux « profiteurs de la crise » n’a jamais pu être clairement établie.




Laisser un commentaire