Vélos-cargos urbains : une pratique qui s’intensifie

Vélos-cargos urbains : une pratique qui s’intensifie

22654

Ces derniers mois, les vélos-cargos urbains séduisent de plus en plus. Or, l’explication de cet engouement est simple : ces véhicules d’un genre particulier bénéficient maintenant d’une assistance électrique. Désormais, cela leur ouvre beaucoup de nouveaux horizons.

Les vélos cargos urbains : une tendance naissante

Les vélos-cargos urbains deviennent un moyen familial de locomotion qui s’intensifie.

Les vélos-cargos urbains deviennent un moyen familial de locomotion qui s’intensifie.

Pour satisfaire notre besoin impératif de réduire notre gaz carbonique, les vélos-cargos urbains ont de nombreux atouts. Ainsi, ils contribuent à décongestionner le trafic routier de nos métropoles. D’ailleurs, en 2019, leur charme n’a pas échappé aux citadins. Pour preuve, ces derniers en ont acheté environ 2.500 exemplaires. Un début d’intérêt prometteur, qui a fait plus que doubler les ventes dès l’année suivante. Pour les professionnels du secteur du vélo, cette tendance est bien plus qu’un frémissement. Notamment, en raison de la grande variété des modèles disponibles. En version biporteur ou triporteur. De plus, leurs caissons de tailles variables, placés à l’avant ou à l’arrière, ouvrent de nombreuses possibilités. Pour des utilisations professionnelles ou familiales. Au choix.

Un prix encore dissuasif

En fait, depuis qu’ils profitent d’une assistance électrique, les vélos-cargos urbains comblent un vide. Entre la bicyclette et la voiture. Seul obstacle, mais de taille, leur prix est encore dissuasif. En effet, il faut prévoir environ 2.700 € pour les versions électriques les moins chères. Sans compter les accessoires. Parfois indispensables pour se protéger des intempéries. Surtout si l’on transporte des enfants. Ou encore, si on livre des objets fragiles. De plus, si l’on roule à plusieurs, mieux vaut avoir un bon moteur. Notamment, dans les côtes. Cependant, cela coûtera toujours moins cher que de multiples pleins d’essence.

Des aménagements à prévoir 

Pour que l’usage des vélos-cargos urbains se banalise vraiment, il faudrait que les collectivités pensent à mieux les intégrer à l’environnement. Entre autres, en prévoyant des places de stationnement adaptées à leur format conséquent. Y compris dans les garages d’immeubles. Par ailleurs, les pistes cyclables actuelles devront aussi accorder une place plus généreuse aux vélos-cargos. Souvent à l’étroit sur les pistes existantes. Enfin, pour faire baisser leurs prix et répondre à une demande croissante, la fabrication française de ces véhicules devra s’intensifier. En effet, leur production se limite aujourd’hui à une dizaine d’entreprises sur le territoire. Par conséquent, un coup de pouce des pouvoirs publics serait le bienvenu. En plus, cela pourrait créer des emplois durables.