Search
Pour favoriser la transition du tourisme de montagne, l'exécutif vient d'allouer un budget de dix millions d’euros à ce secteur.

Transition du tourisme de montagne : un budget de dix millions d’euros

1448

Récemment, lors des Etats Généraux de la Transition du Tourisme de Montagne, à Thyez en Savoie, Joël Giraud a annoncé que ce secteur d’activité va bénéficier d’une enveloppe de dix millions d’euros. En priorité, elle concernera les transports en altitude. En pratique, ce versement s’étalera sur deux ans. Ainsi, le secrétaire d’Etat chargé de la Ruralité a montré que l’exécutif voulait encourager tous les projets innovants qui facilitent les déplacements en montagne.

Une première mesure effective

Pour favoriser la transition du tourisme de montagne, l'exécutif vient d'allouer un budget de dix millions d’euros à ce secteur.

Pour favoriser la transition du tourisme de montagne, l’exécutif vient d’allouer un budget de dix millions d’euros à ce secteur.

Cette première mesure gouvernementale matérialise la précédente annonce de Jean Castex, du 27 mai dernier, au sujet du Plan « Avenir Montagnes ». Au final, celui-ci devrait débloquer un budget global de 650 millions d’euros. De manière logique, cette initiative va d’abord profiter au secteur des transports en altitude. Un secteur actuellement responsable des plus grosses émissions de carbone. Cela, à hauteur d’environ 60 %. Par conséquent, sur place, ce sujet concerne particulièrement les élus et les sociétés locales d’installations de matériels. De même que les associations écologiques.

Encourager le tourisme de montagne

Cette action de l’exécutif devrait encourager une stratégie de développement touristique régional. Ainsi, l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires et France Mobilités la dirigeront conjointement. Cela, afin d’organiser deux étapes principales. Ainsi, la première s’amorcera cet automne. Par la suite, ce développement devrait profiter à une cinquantaine de territoires qui proposent des projets actifs ciblant une meilleure mobilité. En priorité, ceux qui veulent implanter des ascenseurs valléens.

Des alternatives à trouver

Comme en montagne les alternatives à la voiture individuelle sont rares, tous les projets destinés à favoriser les déplacements entre les stations seront les bienvenus. Notamment, pour encourager la mise en place de solutions favorisant le dernier kilomètre. A ce titre, les candidats peuvent déposer leurs dossiers jusqu’au 30 novembre 2021. Ils seront tous étudiés par la Stratégie de l’Union Européenne de la Région Alpine. Déjà, une cinquantaine d’initiatives visant un tourisme plus durable, respectueux de l’environnement, a été reçue. Ces propositions pour encourager la venue des touristes, français ou étrangers, concernent notamment la vallée de Chamonix. De plus, au niveau international, une future ligne ferroviaire devrait bientôt relier Londres à une douzaine de stations françaises de sports d’hiver. Ce qui consolidera le projet d’une transition du tourisme de montagne.