La transformation des déchets en pierre est une solution que propose la startup Néolithe.

Transformation des déchets en pierre : une solution pour l’environnement ?

19618

Néolithe est une start-up prometteuse qui propose une approche originale de la transformation des déchets en pierre. Ensuite, cette opération permet d’obtenir des granulés aux caractéristiques très écologiques. En effet, une fois traitées, ces petites pierres sont réutilisables dans la filière de la construction. Notamment, pour construire des routes ou des structures en béton.

Une solution de traitement originale

Transformer les déchets en pierre est une solution innovante que proposent les deux fondateurs de la startup Néolithe.

Transformer les déchets en pierre est une solution innovante que proposent les deux fondateurs de la startup Néolithe.

Créée en 2019 par Nicolas Cruaud, alors étudiant polytechnicien, et Clément Bénassy, diplômé d’AgroParisTech, Néolithe arrive sur le marché des déchets avec une solution particulièrement originale. Celle de réutiliser ce matériel organique grâce à une transformation des déchets en pierre. Cela, en les broyant, jusqu’à obtenir une espèce de farine. Composée de minuscules grains ne mesurant environ que 500 microns. Ensuite, il suffit d’y ajouter un liant adapté. Dont la formule est aujourd’hui tenue secrète. Cette opération permet donc d’obtenir des granulés ayant un aspect proche de la pierre. Par la suite, on peut aisément réutiliser ce granulat dans le secteur du bâtiment.

Les multiples avantages de la transformation des déchets en pierre

Parmi ses nombreux avantages, le coût de cette transformation très écologique ne revient pas plus cher que celui de l’incinération de déchets. Celle-ci étant en plus extrêmement polluante. En effet, par rapport à l’incinération traditionnelle, cette transformation des déchets en pierre a l’énorme atout de réduire de 80 % les émissions de CO2. Ce qui, à l’échelon national, pourrait entraîner une baisse très significative de 5 % des émissions totales du pays. Le bâtiment étant l’un des secteurs les plus productifs en carbone. Pour obtenir cette transformation, Néolithe utilise des appareils qu’elle nomme des « fossilisateurs ».

Des appareils très mobiles

Ces « fossilisateurs »peuvent tenir dans des conteneurs maritimes. Là encore, c’est un nouvel avantage, car cela rend ces machines mobiles. Faciles à installer près de structures industrielles produisant des déchets, ou sur le site d’une collectivité. Ainsi, de nombreux transports par camions sont évités. Comme l’explique Nicolas Cruaud, chaque « fossilisateur » « […] peut traiter les déchets d’une ville de 5.000 habitants. » Dans un futur proche, dès cette année, Néolithe prévoit d’installer une douzaine de ces appareils sur le territoire. Portée par un grand nombre de récompenses, notamment au Salon VivaTech qui a salué son innovation, Néolithe a déjà obtenu plusieurs subventions. Entre autres, émanant de l’Ademe et de Bpifance. Son avenir paraît donc radieux, malgré la crise sanitaire.