Search
A cause de taux de radioactivité élevés, de fortes inquiétudes sanitaires sont apparues à Narbonne.

Les taux de radioactivité à Narbonne suscitent de fortes inquiétudes sanitaires

21436

Au Nord de Narbonne, de récentes analyses des taux de radioactivité locaux ont révélé des seuils anormalement élevés. Cela, à proximité de l’usine Orano Malvési. Ce qui a entraîné des craintes légitimes au sein de la population.

Une activité sans conséquences ?

En raison de taux de radioactivité élevés, à proximité d'un site industriel, de fortes inquiétudes sanitaires ont surgi à Narbonne.

En raison de taux de radioactivité élevés, à proximité d’un site industriel, de fortes inquiétudes sanitaires ont surgi à Narbonne.

Depuis 1959, à Narbonne, l’usine d’Orano Malvési transforme de l’uranium naturel. Cette transformation est essentielle pour fabriquer ensuite du combustible nucléaire. En fait, ce site industriel d’une centaine d’hectares est la porte d’entrée de l’uranium en Europe. Il est situé à environ trois kilomètres de la zone urbaine. En apparence, jusqu’à présent, cette activité semblait sans conséquences sur l’environnement. Cependant, aujourd’hui, l’impact réel de ces traitements sur la vie des riverains suscite de nombreuse craintes. Surtout chez les habitants qui se trouvent à proximité. Parfois même, ces inquiétudes se transforment en peurs. Cela, en raison de taux de radioactivité anormalement élevés, mesurés dernièrement par divers militants écologistes. Par ailleurs, plusieurs incidents liés à des fuites ont eu lieu. Au cours de ces quinze dernières années.

Taux de radioactivité à Narbonne : des prélèvements peu rassurants

Pour évaluer précisément les taux de radioactivité réelle qui existent à proximité de l’usine Orano Malvési, des riverains ont effectué de nombreux prélèvements. Cela, dans des végétaux, des écorces de frênes, dans différents sols, et dans l’eau proche de ce site. Concernant l’eau, des analyses d’une nappe phréatique située sous le site ont révélé que le taux d’uranium était de 1,39 mg par kilogramme. Soit, près de 140 fois plus que le seuil d’uranium naturel présent dans l’eau à Narbonne. Celui-ci se limitant à 0,01 mg par kilogramme. De plus, dans les prélèvements réalisés dans les sols à l’Est de l’usine, le taux d’uranium atteignait le double de celui relevé au Nord. Une proportion très préoccupante, qu’un rapport de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire avait déjà signalée en 2008.

Des mesures scientifiques en cours

Dans l’ensemble, à chaque fois que des analyses précises ont eu lieu, sur divers supports, végétaux ou autres, les taux relevés étaient très supérieurs à ceux qu’on estime sans danger pour la santé. Pour l’instant, face à ces constats inquiétants, la direction de l’usine Orano Malvési assure que la situation actuelle n’entraîne aucune conséquence négative. Par conséquent, qu’il n’existe aucun risque sanitaire pour les habitants. Et qu’il n’y pas d’impact sur l’environnement. Cependant, de nombreuses craintes demeurent. Pour les écarter, depuis une dizaine de jours, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire a installé une station atmosphérique de prélèvement d’air. Cela, chez certains habitants. Ces derniers vivant tous à proximité du site. Ainsi, on espère que les résultats obtenus par ce dispositif scientifique permettront de répondre aux interrogations des Narbonnais.