Quelles Limites Donner A La Surveillance Policiere

Smart City et surveillance : un lien qui pose question

1147

Smart City et surveillance : jusqu’où peut-on aller ?

Quelles limites donner a la surveillance policiere ?

Quelles limites donner a la surveillance policiere ?

Les avancées technologiques de la Smart City ont fait leurs preuves. Elles aident notamment à mieux réguler les consommations d’énergie et le ramassage des déchets urbains. Cependant, appliqués à la surveillance policière, ces progrès inquiètent certaines associations de défense des libertés des citoyens. Le risque possible de violation des données personnelles soulève aujourd’hui de nombreuses questions.

Smart City et surveillance : des limites à définir

Si la Ville Intelligente rend déjà de nombreux services aux municipalités, concernant leur fonctionnement quotidien (trafic routier, gestion automatisée des éclairages), elle facilite aussi une répression plus efficace de la criminalité. Pour cela, son usage intensif des caméras de surveillance connectées donne des résultats indéniables. Cette pratique s’affirme d’ailleurs jour après jour. Cette avancée, à l’évidence utile, pose néanmoins problème. En effet, en permettant de connecter en temps réel des images de suspects avec des bases de données, ne risque-t-on pas d’aller trop loin ? Car des erreurs humaines sont toujours possibles.

Smart City et surveillance : des citoyens mobilisés

La police a de plus en plus de moyens de controle

La police a de plus en plus de moyens de controle

L’association La Quadrature du Net défend les droits et les libertés des citoyens. Elle est très vigilante dans ce domaine. Elle s’efforce d’anticiper des dérapages éventuels, qui pourraient mener selon elle à une « Smart City policière », d’après ses propres termes.

Smart City et surveillance : qui accède aux images enregistrées ?

L’avantage de la surveillance technologique, permise par les caméras installées dans l’espace public, est d’identifier rapidement des comportements suspects. Ce type de contrôle détecte aussi la présence d’objets éventuellement dangereux pour la population. Ces caméras signalent également des regroupements de personnes, parfois à l’origine de troubles graves.

Smart City et surveillance : une question qui concerne chacun

Sans se laisser effrayer par le spectre caricatural d’un « Big Brother » omniprésent, les questions posées par les associations de protection des libertés individuelles demeurent. Le risque de mise en place d’une dérive politique trop sécuritaire, comme en Chine, n’est pas à prendre à la légère. Les progrès de la cybersécurité sont un atout, mais ne pas les encadrer serait une erreur. Surveiller et contrôler le droit d’accéder à nos données personnelles demeure une nécessité. En France comme dans tous les pays.

Sur ce sujet, le Bulletin des Communes vous invite à lire aussi, pour plus d’informations : Lire

Le Bulletin des Communes suggère également : Lire



Avatar photo

Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.