DERNIERES INFORMATIONS
Search
Ces derniers mois, la sécurité des maires est de plus en plus souvent menacée. Cette tendance va imposer une surveillance renforcée, mise en place par les préfets.

Sécurité des maires : demande aux préfets d’une surveillance renforcée

25236

Ce 9 novembre, le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a envoyé aux préfets un télégramme afin d’assurer dorénavant une meilleure sécurité des maires et des élus. Notamment, grâce à un dispositif préventif qui visera plus particulièrement leurs domiciles et leurs permanences.

Une situation délétère

"<yoastmark

Dans son télégramme, Gérald Darmanin a montré qu’il prenait très au sérieux la situation délétère actuelle. Celle-ci mettant directement en danger la sécurité des élus locaux. Cela, de plus en plus souvent. Pour exemple, à Tours, l’édile Emmanuel Denis, ainsi que trois autres élus, a reçu une lettre anonyme qui contenait une balle d’arme à feu. Suite à ces intimidations et menaces directes, le parquet de Tours a ouvert une enquête.

Une nette hausse des violences

L’année dernière, les services de police ont recensé 1.276 menaces ou agressions contre des élus locaux et nationaux. Ce qui constitue une très forte augmentation des violences exercées contre des maires ou des élus. En comparaison, en 2019, seulement 421 incidents de ce type avaient été signalés à la Commission des lois de l’Assemblé nationale. Ainsi, plus précisément, les agressions physiques répertoriées ont touché 505 maires ou adjoints, ainsi que 60 parlementaires. Par ailleurs, 350 maires ou adjoints ont subi des outrages. Enfin, sur le terrain, 68 domiciles d’élus et 63 véhicules ont été la cible de vandalisme. Cependant, suite à ces nombreux incidents, seulement 315 cas ont entraîné des poursuites judiciaires. Cela, entre fin 2018 et février 2021. Au total, ces violences ont fait 349 victimes, enregistrées par la Direction des affaires criminelles et des grâces.

Sécurité des maires : de nouveaux dispositifs à mettre en place

Dans son message aux préfets, Gérald Darmanin a confirmé qu’il savait que « Les élus, et en particulier les parlementaires, font l’objet ces dernières semaines de messages de menaces, qui leur sont adressés directement ou via les réseaux sociaux. » Conscient de ce problème, le ministre a donc réaffirmé « Aucune action d’intimidation, et a fortiori aucune violence, à l’égard des élus n’est tolérable. » Par conséquent, Gérald Darmanin veut éviter tout futur incident visant notamment la sécurité des maires. Pour cela, il incite désormais les préfets à « […] renforcer la surveillance aux abords des permanences des parlementaires ainsi que de leurs domiciles le cas échéant. » Enfin, le ministre de l’Intérieur a demandé de signaler tout message de haine sur les réseaux sociaux. Cela, « au plus vite », en prévenant la plateforme Pharos. En effet, celle-ci a pour vocation de permettre aux internautes d’avertir qu’une publication illicite circule sur le Web.