La reprise de la mobilité en France fait du pays une exception en Europe

Reprise de la mobilité : une exception très française

16463

Reprise de la mobilité : une densité encore trop importante ?

 

Actuellement, malgré la pandémie, on observe une importante reprise de la mobilité des Français. Cela, par rapport au reste du monde. En effet, l’Hexagone est moins touché par l’arrêt forcé des déplacements.

 

Des indicateurs révélateurs

La reprise de la mobilité, typique à la France, est jugée encore trop importante par certains spécialistes de Santé.

La reprise de la mobilité, typique à la France, est jugée encore trop importante par certains spécialistes de Santé.

Dans le monde, les applications dédiées aux déplacements urbains donnent des informations révélatrices sur la reprise de la mobilité au sein des populations. Ainsi, en France, ces données numériques montrent qu’après le premier confinement de mars, la mobilité des habitants a repris assez rapidement. Notamment, dans les transports en commun des grandes métropoles. Cela, dès le mois de mai. Ensuite, au cours de l’été, ces déplacements ont quasiment repris aux deux tiers. Pour atteindre en octobre, dans certaines villes, un taux à peine inférieur à celui d’avant la pandémie. Particulièrement à Paris.

Des restrictions light

Néanmoins, actuellement, les restrictions du deuxième confinement ont quand même entraîné une nette baisse de l’usage des transports publics. Où les gestes barrières sont globalement respectés. Aujourd’hui, on estime qu’environ la moitié de ces déplacements a cessé en Ile-de-France. Pour certains virologues, cette fréquentation est encore excessive. Si l’on veut limiter plus efficacement la transmission du virus. Et ne pas surcharger les services de réanimation.

Une tolérance atypique

Pour l’instant, comparée aux comportements observés dans les diverses capitales européennes, la France constitue une exception. En effet, la décision d’y appliquer un deuxième confinement « light » a fait de l’Hexagone un pays atypique. Par rapport à de nombreuses métropoles étrangères. Dans lesquelles la reprise de mobilité est nettement inférieure à la France. Néanmoins, sur notre territoire, malgré la relative tolérance actuelle, l’acceptabilité des contraintes sanitaires montre des signes d’essoufflement. Entre autres, à cause de l’approche des fêtes de fin d’année. Celles-ci restant très compromises, dans la plupart des esprits.

Le Bulletin des Communes vous suggère aussi l’article du site L’Internaute