Dépression et Covid constituent un assemblage dur à supporter pendant ce reconfinement

Dépression et Covid : un reconfinement plus pénible à supporter

16815

Dépression et Covid : un assemblage dangereux

 

Selon différentes études, dépression et Covid ne font pas bon ménage. En effet, ce mélange entraîne actuellement plus de symptômes dépressifs. Ainsi qu’une hausse des demandes d’aide et de la consommation d’anxiolytiques. Cela, bien plus que pendant une période normale.

 

Des risques accrus

Dépression et Covid constituent un assemblage pénible pendant ce reconfinement.

Dépression et Covid constituent un assemblage pénible pendant ce reconfinement.

Aujourd’hui, de nombreux spécialistes de la santé mentale s’inquiètent des conséquences dangereuses d’un confinement prolongé. Heureusement, ces derniers jours, la France semble parvenir à maîtriser la deuxième vague de l’épidémie. Néanmoins, un récent sondage de l’Ifop a montré une nette progression des symptômes dépressifs dans le pays. Parfois, estimés jusqu’à plus du double qu’en période habituelle. De fait, cette tendance négative est confirmée par différentes associations. Spécialistes du soutien psychologique. Notamment, la Fédération SOS Amitiés. Qui avait déjà enregistré une nette hausse des appels de détresse, lors du premier confinement. Due à une combinaison dépression et Covid.

Une exclusion sociale anxiogène

Pour certains scientifiques, ce phénomène est logique. Car ils l’assimilent aux traumatismes causés par l’isolement à ceux des addictions. En clair, l’exclusion sociale et le manque d’échanges qu’elle entraîne sont clairement trop anxiogènes pour de nombreuses personnes. En attendant, les prévisions d’une future augmentation de la précarité et du chômage, annoncées par les membres de l’exécutif, n’arrangent rien.

Une période plus difficile psychologiquement

Pour de nombreux observateurs, à l’heure actuelle, les conséquences psychologiques du deuxième confinement sont plus sévères que le premier. Car, après la sidération de la première vague, la reprise partielle du travail, émaillée de nombreuses exclusions, brouille beaucoup notre quotidien. Ce qui explique la profonde incompréhension de certains secteurs économiques. Qui s’estiment sacrifiés par des choix arbitraires. Les artisans-commerçants en étant l’exemple le plus alarmant. Aujourd’hui, le manque actuel de socialisation s’ajoute à la classique dépression saisonnière. Bien connue des médecins et des psychologues. Bref, dépression et Covid constituent un assemblage très pénible. Par conséquent, dans des circonstances aussi exceptionnelles, on espère que la Direction Générale de la Santé et le Conseil scientifique en tiendront compte. Avant de prendre leurs prochaines décisions.