La fin des chèques pourrait bientôt s'amorcer en France

La fin des chèques : vers une disparition annoncée ?

17604

La fin des chèques : un courant qui s’amorce

 

Dans son dernier rapport, l’Observatoire de la Sécurité des Moyens de Paiement a constaté l’année dernière une fraude croissante dans les règlements par chèques. En effet, son taux a progressé d’environ 20 %. Pourtant, la fin des chèques n’est toujours pas envisagée. En tous cas, officiellement. Même si cette pratique est devenue le moyen de payer le moins sûr de tous.

 

Un usage en déclin

La fin des chèques est un courant qui s’amorce en France, accéléré par le confinement.

La fin des chèques est un courant qui s’amorce en France, accéléré par le confinement.

A ce jour, l’usage des chèques est devenu minoritaire. Comparé à celui des paiements réalisés par carte bancaire. Ou encore par prélèvements ou par virements. En effet, cette pratique ne représente plus aujourd’hui que 6 % des transactions. Néanmoins, la fin des chèques fait de la résistance. Alors qu’en 2019, son usage restreint totalisait encore à lui seul un montant de 540 millions d’euros de fraudes. Imputable à divers détournements. Dus aux chèques perdus, volés, ou usurpés. Sans compter les faux chèques. Or, malgré tous ces défauts, les Français restent attachés à ce moyen de paiement. Pourtant très imparfait. Ainsi, il y trois ans, l’Hexagone totalisait encore près de 70 % des chèques utilisés en Europe.

Une tendance perceptible

Ces derniers temps, on sent une pression diffuse des autorités. Pour mettre bientôt un terme à cet ancien moyen de paiement en papier. De plus, ces efforts pourraient être aidés par le confinement. Car celui-ci a beaucoup augmenté les achats en ligne. Evidemment faits par carte bancaire. De fait, on observe actuellement un affaiblissement de l’usage des chèques. Déjà, ces derniers mois, celui-ci aurait chuté de 10 %. De là à voir dans cette baisse une amorce concrète de la fin des chèques, il n’y a qu’un pas.



Né à Blois le 22 novembre 1972, Thierry Dulac est un journaliste français. À tout juste 21 ans, il débute une carrière de journaliste à Londres sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2006 à 2009. On le voit ensuite sur iTélé, ancêtre de CNews, entre 2009 et 2011 date à laquelle il intègre le Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique Environnement.