Bientôt, un projet de CyberScore pour noter la sécurité des sites Internet grand public pourrait voir le jour.

Un projet de CyberScore : les sites Internet seront bientôt notés

1894

Récemment débattu au Parlement, un projet de CyberScore devrait prochainement permettre de noter le niveau de sécurité des sites Web. Ainsi, ce système basé sur le même modèle que le NutriScore pour les aliments pourrait également s’appliquer aux grandes plateformes numériques. De même qu’aux prestataires du Cloud.

Scorer aussi la sécurité digitale

Bientôt, un projet de CyberScore pour noter la sécurité des sites Internet grand public pourrait voir le jour.

Bientôt, un projet de CyberScore pour noter la sécurité des sites Internet grand public pourrait voir le jour.

Bientôt, donner une note de qualité grâce à un code couleurs ne sera plus réservé aux seuls aliments. Ou encore à la consommation électrique des appareils électroménagers. En effet, à l’avenir, ce procédé s’appliquera sans doute également à la sécurité informatique. Cela, grâce à une récente proposition de loi, examinée à l’Assemblée nationale. Ainsi, celle-ci devrait déboucher sur un système de certification qui appréciera le niveau de sécurité des plateformes numériques ouvertes au grand public. Par ce moyen, les internautes devraient disposer à court terme d’une appréciation simple et rapidement identifiable de la sécurité numérique des sites sur lesquels ils vont. D’ailleurs, pour aller dans ce sens, le Sénat a adopté un premier texte fin octobre 2020.

CyberScore : une appréciation claire et rapide

A l’origine, c’est le sénateur Laurent Lafon (UDI) qui a suggéré le premier ce projet de CyberScore. Cette appellation ayant pour but de donner aux internautes une appréciation claire de la sécurité sur laquelle ils peuvent compter. En priorité, en matière de protection de leurs données personnelles.
Par la suite, ce procédé de CyberScore pourrait avoir des conséquences immédiates sur la pratique quotidienne des internautes. Sans doute, avec une plus grande efficacité qu’une énième réglementation appliquée aux sites Internet. Ainsi, les sites qui verraient des changements dans le comportement de leurs visiteurs en fonction de leur score seraient vite contraints de redresser la barre. Surtout en cas de note médiocre. Cette évolution s’étant déjà produite de façon très concrète depuis l’avènement du NutriScore.

Des garanties à renforcer au quotidien

Aujourd’hui, il existe déjà des certifications qui apprécient certaines garanties de protection. Par exemple, celle appliquée à l’Hébergement des Données de Santé. Ou encore, en matière de sauvegarde lorsqu’on effectue un envoi dans le Cloud (SecNumCloud). Cependant, à ce jour, bien qu’elles soient utiles, ces certifications ne s’adressent pas encore aux besoins quotidiens du grand public.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.