Les opérateurs de télécoms intensifient leur progression sur le territoire.

Progression du Très Haut Débit : l’essor confirmé de la fibre optique

2484

Progression du Très Haut Débit : un déploiement concrétisé. Grâce à la fibre optique en France, l’accès courant au Très Haut Débit (THD) est en train de venir une réalité. Ce constat ressort du dernier bilan établi par l’ARCEP, le Régulateur des télécommunications. Son analyse a révélé, ce 28 février, que la majorité des nouveaux abonnements Internet contractés sur le territoire impliquait une connexion par fibre optique.

Un cap symbolique bientôt atteint

Actuellement, on estime que dans l’Union Européenne, la fibre optique serait responsable de près de 80 % du développement global du Très Haut Débit. Techniquement parlant, ce type de connexion permet de télécharger à une vitesse de 30 Mbit/seconde. En France, au cours du quatrième trimestre de 2018, l’ARCEP a comptabilisé 485.000 nouveaux abonnements jusqu’aux domiciles (dits FTTH). Ainsi, ce chiffre place désormais les forfaits à Très Haut Débit tout près de la barre symbolique des 10 millions d’abonnements. Ce score est atteint en additionnant les connexions par fibre optique, par câble, et par transmission VDSL2. Au 31 décembre 2018, plus de la moitié du parc d’abonnés actuels bénéficiait déjà du THD. Un bilan qui concerne 9 millions de foyers.

La vitesse de la fibre optique attire de plus en plus les Français pour se connecter à Internet.

Les réseaux de fibre optique deviennent accessibles aux Français.

Progression du Très Haut Débit, plus de zones éligibles 

L’ARCEP a observé que le quatrième trimestre 2018 avait été le premier au cours duquel plus d’un million de nouveaux foyers avait été raccordés à un réseau par fibre optique. Globalement, à la fin de l’année dernière, déjà plus de 13,5 millions de domiciles étaient éligibles pour recevoir la fibre optique. Cependant, en raison d’une priorité donnée jusqu’à présent aux grosses agglomérations, les opérateurs doivent maintenant concentrer leurs efforts sur des zones moins denses. Aujourd’hui, les zones dites AMII, pour Appel à Manifestation d’Intérêt d’Investissement, sont celles qui sont les plus actives. Comparativement,  les zones d’initiative publique, gérées par des collectivités territoriales, restent encore moins dynamiques. Cependant, elles progressent malgré tout. D’ailleurs, l’ARCEP a salué l’accélération de leur déploiement. Ainsi, depuis le début de l’année, près de 250.000 locaux ont été rendus raccordables.

Une carte fiable pour suivre la progression du Très Haut Débit

Grâce à une carte régulièrement mise à jour, les consommateurs peuvent aujourd’hui suivre l’évolution de l’accès à la fibre optique. Et ce région par région. Ainsi, ils peuvent ensuite choisir, en fonction de leurs besoins, le prestataire qui leur convient le mieux. Cela est vrai pour les abonnements fixes et mobiles. De cette manière, grâce à des données bien actualisées, le consommateur peut se décider. Cela oblige les opérateurs à faire des efforts pour ne pas se faire distancer. L’ARCEP encourage cette consultation effectuée par les consommateurs. Elle la juge stimulante et saine. Le Régulateur a baptisé ce type d’incitation et de contrôle « La régulation par la data ».

  • Nous vous invitons à lire également notre article sur l’exemple de Courbevoie et le déploiement du Wifi public grâce à la fibre optique.


Avatar photo

Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.