La prime de conversion pour acheter une voiture électrique devient moins généreuse

Prime de conversion : acheter une voiture électrique devient plus coûteux

15427

Prime de conversion : des réductions moins avantageuses

 

Début août, le Gouvernement a modifié les dispositions qui encadraient la prime de conversion. Cela, pour ceux qui veulent acheter une voiture électrique ou hybride. En effet, en raison du succès de ce dispositif, la prime initiale a récemment baissé. Passant de 7.000 à 5.000 €. Donc, si l’on veut abandonner son véhicule à moteur thermique, mieux vaut se dépêcher. Car ce dispositif pourrait encore évoluer.

 

Des avantages revus à la baisse

La prime de conversion pour changer de voiture prévoit désormais des conditions moins avantageuses.

La prime de conversion pour changer de voiture prévoit désormais des conditions moins avantageuses.

En plus de cette baisse récente, qui pourrait continuer à s’accentuer, la prime de conversion est devenue plus difficile à obtenir. Cela, à cause de conditions d’éligibilité plus limitées. Ainsi, c’est une mauvaise nouvelle pour les ménages qui envisagent de rouler de manière plus écologique. Car le nombre de bénéficiaires des aides gouvernementales va se réduire. Simplement en raison de conditions d’acceptation plus difficiles à satisfaire. En clair, acquérir un véhicule électrique ou hybride va revenir plus cher. Car la généreuse prime initiale de 7.000 €, accessible en juin dernier, n’est plus possible. Par ailleurs, pour bénéficier des 5.000 € désormais prévus, il faut justifier d’un revenu fiscal de référence inférieur à 6.300 euros. Ou qui globalement ne dépasse pas 13.489 euros. Enfin, il faut aussi rouler beaucoup. Et être prêt à se séparer d’un véhicule considéré comme polluant.

De nouveaux critères

De fait, les ménages qui ne peuvent pas justifier de ces critères, plus stricts qu’auparavant, ne peuvent plus prétendre qu’à une prime de 2.500 €. Cela, malgré l’effort financier nécessaire pour accéder à la technologie électrique ou hybride. Cependant, la prime de conversion continue d’être cumulable avec le bonus écologique. A condition toutefois de ne pas dépasser un certain prix d’achat. Car le bonus écologique disparaît si la voiture achetée dépasse les 60.000 €. De plus, dans le cas d’un véhicule coûtant entre 45.000 et 60.000 €, ce bonus se limitera à 3.000 €. Et il ne sera que de 5.000 € si la voiture acquise coûte moins de 45.000 €. Ainsi, un ménage qui respecte ces critères ne pourra prétendre qu’à une aide maximale de 10.000 euros, s’il vise un modèle en dessous de la barre des 45.000 €.

Des tolérances compensatoires

A l’inverse du durcissement du dispositif de prime de conversion, l’exécutif a prévu d’étendre ses aides au « rétrofit électrique ». En clair, à la modification d’une voiture, permettant de passer du système thermique à la technologie électrique. Enfin, les aides prévues pourraient bientôt s’appliquer aux véhicules électriques d’occasion.