Un Plan d’aide aux pêcheurs français devrait compenser les pertes du Brexit

Plan d’accompagnement des pêcheurs français : compenser le Brexit

17310

Plan d’accompagnement des pêcheurs français : des mesures nécessaires

 

Ce 24 décembre, le ministère de la Mer a annoncé un Plan d’accompagnement des pêcheurs français. Ainsi, des aides pourront être versées aux pêcheurs et aux mareyeurs français. En raison du manque à gagner que le Brexit va entraîner sur leur activité. En fonction des cas, ces professionnels pourront bénéficier de compensations forfaitaires. Celles-ci pourront atteindre 30.000 euros.

 

Des aides à définir

Accompagner financièrement les pêcheurs français après le Brexit sera nécessaire.

Accompagner financièrement les pêcheurs français après le Brexit sera nécessaire.

Ainsi, cette annonce fait suite à l’accord commercial conclu après le Brexit, entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. En effet, suite à ces transactions, l’exécutif va lancer un Plan d’aide aux pêcheurs français. De fait, selon un communiqué, les sommes accordées se calculeront en fonction de la « […] dépendance aux produits capturés dans les eaux britanniques ». Dans ce texte, Annick Girardin, la ministre de la Mer, a confirmé que « […] le Gouvernement présentera très prochainement le Plan d’accompagnement des pêcheurs français. » Pour l’essentiel, ce Plan prévoit de compenser en partie des pertes de chiffre d’affaires. Cela, pendant une période déterminée. En priorité, pour les entreprises qui travaillent dans les eaux britanniques.

La protection des emplois

Parmi les mesures prévues, on trouve une extension de l’activité partielle de longue durée. Notamment, pour les salariés dont l’activité dépend des eaux britanniques. Grâce à ce Plan, des aides permettant des restructurations pour sauvegarder des emplois interviendront. Enfin, ce Plan d’accompagnement comportera des dispositions permettant de faire valider « […] les acquis de l’expérience ou des reconversions dans le secteur maritime. »

Des pêches réduites

Par ailleurs, le Plan de relance français devrait aussi comporter de prochaines aides. Toutes destinées à investir dans le secteur maritime. Plus particulièrement dans la filière de la pêche. Cela, grâce au Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche. De plus, pour les professionnels qui souhaitent cesser leur activité, un « Plan sortie de flotte » sera accessible. Suite au Brexit, l’accord conclu concernant les pêches européennes prévoit une période transitoire. Celle-ci devrait s’étendre jusqu’à l’été 2026. Elle se matérialisera par une réduction de 25 % de ces pêches. Sa valeur annuelle est estimée à environ 650 millions d’euros.

De nouvelles négociations prévues

Par la suite, ces restrictions entraîneront forcément de nouvelles négociations. Principalement à la fin de la période de transition. De fait, jusqu’à cette date butoir, les pêcheurs de l’Union européenne pourront continuer à travailler comme d’habitude dans les eaux territoriales britanniques. Mais en restant dans les 6-12 milles marins au large des côtes anglaises. Enfin, un communiqué du ministère de la Mer a annoncé que de nouveaux accords interviendront avec le Royaume-Uni. Cela, dès le 1er janvier. Cette prochaine étape permettra de déterminer des quotas précis pour le futur partage des pêches autorisées. Parallèlement au Plan d’accompagnement des pêcheurs français.