Non-respect du confinement : plus de 4.000 amendes distribuées hier

10965

Non-respect du confinement : des règles que l’on doit impérativement respecter

Hier, dans toute la France, des sanctions ont commencé à être appliquées, en cas de non-respect du confinement. Cela, afin de dissuader les citoyens de sortir de chez eux sans motif précis.

Des règles contraignantes mais nécessaires

policier intervenant sur le contrôle du non-respect du confinement

Désormais, le non-respect du confinement peut entraîner des amendes, après un contrôle de police

Depuis mardi midi, des règles strictes de confinement doivent être respectée par les Français. De fait, les sorties ne sont plus autorisées qu’en cas de force majeure. A savoir, faire ses courses, promener son chien, ou pratiquer seul une brève activité physique. Ce, à proximité de son domicile. On peut aussi de déplacer pour aller au travail, chez un médecin, ou se rendre chez une personne dépendante pour l’aider. Pour justifier ces déplacements, en cas de vérification, on doit pouvoir montrer une attestation sur l’honneur. Celle-ci peut être imprimée ou manuscrite. Ainsi, des postes de contrôle ont été installés dans de nombreux départements. Déjà, certains motifs de sortie trop incohérents ont motivé des amendes de 38 euros. Cela, pour limiter les comportements récalcitrants. Ces mesures, pour lutter contre un non-respect du confinement, seront en vigueur au moins jusqu’au 31 mars.

Une montée régulière des contaminations

Actuellement, la pandémie de Covid-19 continue sa progression. Rien que ces dernières 24 heures, plus de 1.400 nouvelles personnes ont été testées positives. Cela porte le total des cas de contamination constatés en France à 9.134 patients. De plus, hier, on dénombrait 264 décès sur le territoire. La première demi-journée d’application des règles de confinement a entraîné chez les forces de l’ordre une attitude surtout pédagogique. Mais dès hier, mercredi 18 mars, de plus fortes sanctions ont commencé à être appliquées. Ainsi, plus de 4.000 amendes ont été données à des contrevenants, pour non-respect du confinement. Dans de nombreux cas, ces amendes étaient de 135 euros. Par la suite, pour encore renforcer les mesures dissuasives, ces contraventions pourraient s’élever à 345 euros.

Des mesures plus sanitaires que répressives

Respecter le confinement fait appel à des réflexes de solidarité, ainsi qu’à la responsabilité individuelle et collective. Ainsi, le principe à appliquer est que tout ce que l’on peut repousser doit attendre. Désormais, seuls les déplacements impératifs sont autorisés. En cas de contrôle, les attestations sur l’honneur, valables seulement une journée, imprimées ou écrites, sont préférables à celles présentées sur un smartphone. Ces attestation sont le seul moyen d’éviter une sanction pour non-respect du confinement.




Laisser un commentaire