Contrôle du confinement : 100.000 policiers et gendarmes déployés

11657

Contrôle du confinement : un dispositif strict prévu

Pendant son intervention télévisée d’hier, Christophe Castaner a insisté sur l’importance de rester désormais chez soi. Cela, afin qu’une majorité de Français respecte les consignes demandées. Pour cela, un dispositif de contrôle du confinement est prévu.

Un dispositif étendu de vérifications

A cette occasion, Christophe Castaner a précisé la future mise en place d’un dispositif de contrôle du confinement. Cela, afin de faire respecter les mesures de protection annoncées. Emmanuel Macron les a détaillées hier soir, lors de son allocution solennelle. Ainsi, ce dispositif mobilisera 100.000 policiers et gendarmes. En cas d’infraction constatée, l’application d’amendes est prévue. Leur montant s’échelonnera entre 38 et 135 euros. Christophe Castaner a admis que ces contraintes de confinement étaient « […] fortes et exigeantes ». Mais elles sont également « […] essentielles pour bloquer la propagation de ce virus ». En effet, à ce jour, la dangerosité du Covid-19 a déjà entraîné le décès de 147 personnes dans le pays. Plus 6.636 cas avérés de contamination.

Une consigne simple

De façon autoritaire, le ministre a rappelé les nouvelles dispositions, face à l’épidémie. Elles se résument par cette simple consigne « Restez chez vous ». Cette fermeté s’explique notamment par le fait que « […] Trop de personnes font encore peu de cas des consignes sanitaires données. » Christophe Castaner a donc insisté. En expliquant clairement qu’il ne fallait pas se soustraire « aux mesures sanitaires demandées. »

Des déplacements restreints, des contrôles de confinement accrus

De nombreux policiers vont être chargés du contrôle du confinement.

De nombreux policiers vont être chargés du contrôle du confinement.

Pour limiter les déplacements actuels sur l’ensemble du territoire, le ministre de l’Intérieur a expliqué que le dispositif de contrôle du confinement prévu « […] reposera sur des points de contrôle. » De fait, il mobilisera 100.000 policiers et gendarmes. Ces derniers vérifieront les trajets de toutes les personnes qui circuleront. Ainsi, par sécurité, celles-ci devront pouvoir « […] justifier leurs déplacements ». Pour cela, les piétons et les conducteurs circulant sur la voie publique devront être en mesure d’expliquer leur nécessité de sortir. Ainsi, ils pourront le justifier grâce à une attestation sur l’honneur. Celle-ci est d’ores et déjà téléchargeable sur le site officiel du Gouvernement. En cas d’infraction, cela pourra donner lieu à une amende de 38 euros. En fonction des situations, cette pénalité pourra atteindre 135 euros.