Les Municipales risquent de subir des perturbations, dues au coronavirus.

Municipales compromises : des élections faussées par l’épidémie ?

10953

Municipales compromises : un déroulement potentiellement perturbé

Actuellement, le report des élections municipales n’est toujours pas à l’ordre du jour. Cependant, il reste envisageable, en raison du Covid-19. En effet, la peur du virus pourrait modifier sensiblement les scrutins.

Des habitudes à changer

Les contraintes qui vont peser sur les futures Municipales seront sans doute lourdes. En effet, un taux de participation faible, dû à de nombreux meetings de campagne annulés, est à craindre. Sans parler des désistements d’assesseurs. Ou encore de l’usage du gel hydro-alcoolique. Car celui-ci sera obligatoire dans les bureaux de votes. De fait, cette année, l’habituelle poignée de main électorale sera prohibée. L’abandon de cette pratique va certainement donner à ce premier tour un climat inhabituel. Par ailleurs, en raison des incertitudes liées à l’épidémie, un report de dernière minute reste encore possible.

Des codes chamboulés

Pour remplacer les meetings politiques traditionnels, jugés trop risqués, des rassemblements numériques vont avoir lieu. Ainsi, des candidats vont forcément devoir modifier leurs pratiques de communication. Or, cela pourrait rejaillir sur l’efficacité de leur campagne. Et donc sur le nombre des scrutins obtenus. Par conséquent, prétendre que le coronavirus n’aura pas d’influence sur ces Municipales compromises serait d’un optimisme exagéré. En tous cas, ses symptômes ne toucheront pas que les malades. Mais sans doute aussi les candidats en lice.

Des perturbations évidentes

Les Municipales risquent d'être largement perturbées par l'épidémie de coronavirus.

Les Municipales risquent d’être largement perturbées par l’épidémie de coronavirus.

Certains maires, trop bousculés par les mesures de confinement sanitaire dans certaines zones, ont quasiment déclaré forfait. Ainsi, Joseph Rochelle, maire d’Auray, dans le Morbihan, a déclaré « Il n’y a plus de campagne électorale ». Une affirmation qui souligne des Municipales compromises. Elles vont concerner près de 15.000 habitants. De fait, cet aveu s’explique par un manque de fréquentation flagrant, constaté ces derniers jours dans son local électoral. Un comportement évidemment dû à la peur, face à l’épidémie de coronavirus. Très inquiet, l’édile a aussi demandé à la préfecture d’interdire les pratiques électorales de porte-à-porte. Habituellement, celles-ci servent aux tentatives de dernière minute, pour convaincre d’éventuels électeurs.

Un report possible ?

Par ailleurs, certains élus ont demandé un report de ces élections municipales compromises. Cela, par crainte d’un taux d’abstention anormalement élevé. Une appréhension formulée par Alain Vasselle, président de l’Union des maires de l’Oise. En effet, cette région subit en ce moment une grave perturbation de ses activités quotidiennes. En raison d’une très forte pression sanitaire. Ce samedi, lors d’une conférence de presse à Lens, dans le Pas-de-Calais, Marine Le Pen a exprimé les mêmes réserves. Ainsi, la Présidente du Rassemblement National a également admis que l’épidémie pourrait pousser les électeurs à rester chez eux.