Le Gouvernement est favorable au maintien du chômage partiel pour les parents qui ne peuvent toujours pas scolariser leurs enfants.

Maintien du chômage partiel : une mesure pour les parents en difficulté

13504

Maintien du chômage partiel : un soutien adapté à un blocage réel

 

Ce mardi, Edouard Philippe a annoncé à l’Assemblée nationale, devant les députés, que le maintien du chômage partiel. Un maintien assuré pour tous les parents se trouvant toujours dans l’impossibilité de scolariser leurs enfants. Cela, après le 2 juin.

Des impossibilités durables dans certains établissements

Actuellement, certains enfants ne peuvent pas retourner à l’école, en raison de risques sanitaires jugés trop importants. Ou encore d’un manque de capacité de divers établissements scolaires. Cela oblige les parents à garder ces enfants avec eux, ce qui empêche leur reprise du travail. Pour les foyers qui sont contraints de vivre cette situation, le premier ministre a confirmé qu’ils « pourront continuer à bénéficier des dispositions relatives au chômage partiel ». Ainsi, ce soutien spécifique sera maintenu après le 2 juin.

Une attestation nécessaire

Le Gouvernement est favorable au maintien du chômage partiel pour les parents qui ne peuvent toujours pas scolariser leurs enfants.

Le Gouvernement est favorable au maintien du chômage partiel pour les parents qui ne peuvent toujours pas scolariser leurs enfants.

Cependant, pour bénéficier de ce maintien du chômage partiel, les parents concernés devront pouvoir produire une attestation. Celle-ci confirmera le fait qu’un enfant ne peut pas être scolarisé pour le moment. Aujourd’hui, Édouard Philippe devrait précisé les détails de ce dispositif, lors d’une conférence de presse très attendue. En effet, son intervention devrait préciser les conditions de la deuxième étape du déconfinement. De fait, si le bilan sanitaire du pays continue de s’améliorer, la réouverture de nombreuses écoles redeviendra possible. Ce qui permettra le retour de plus d’enseignants, et donc la prise en charge de plus d’élèves.

Encourager les échanges

Par ailleurs, interrogé sur la difficulté des parents à s’organiser par rapport à leurs employeurs, à cause d’une scolarisation aléatoire, Édouard Philippe souhaite encourager les échanges. Ceux-ci devront avoir lieu entre « […] les communautés pédagogiques, les directeurs d’école et les enseignants ». Ce qui devrait améliorer la prise en compte des contraintes de chacun. En parallèle, le Premier ministre a admis que les problèmes d’organisation des parents privés d’un dispositif scolaire normal entraînaient forcément une « contrainte réelle ». De surcroît, parfaitement « entendable ». Cela explique sa décision du maintien du chômage partiel, pour les parents confrontés à une situation de blocage scolaire.

Des annonces imminentes très attendues

Pour améliorer cette situation difficile, et « faire en sorte que l’ensemble du système productif puisse repartir », Edouard Philippe mise sur un renforcement du dialogue entre les principaux intéressés. En fonction des annonces que le premier Ministre doit faire aujourd’hui, certaines situations, jusqu’alors très compliquées, pourraient enfin évoluer. Ce qui irait sans doute dans le sens de l’intérêt global du pays.




Laisser un commentaire