Un nouveau lynx braconné dans le Doubs a entraîné une offre de récompense pour retrouver le braconnier.

Lynx braconné dans le Doubs : une prime offerte par une association

18867

Lynx braconné dans le Doubs : un nouvel abattage

 

Dernièrement, un nouveau lynx braconné dans le Doubs a provoqué une réaction du Centre Athénas. Ainsi, cette association de protection de la vie sauvage a offert une prime de 1.000 euros. Pour toute personne qui permettra de retrouver le braconnier responsable de ce délit. Cela, grâce à des « informations fondées ».

 

Pour briser l’omerta

Un troisième lynx braconné dans le Doubs a entraîné une offre de récompense d'une association. Spécialisée dans la protection de cette espèce.

Un troisième lynx braconné dans le Doubs a entraîné une offre de récompense d’une association. Spécialisée dans la protection de cette espèce.

En parallèle, l’association de protection du lynx a tenu également à préciser qu’elle ne voulait pas se « […] substituer aux enquêteurs de l’Office Français de la Biodiversité ». Ni à la gendarmerie. Simplement, le Centre Athénas espère pouvoir les aider. S’il le peut, en leur apportant des preuves. Sur ce lynx braconné dans le Doubs. Ainsi, Gilles Moine, son Directeur, a expliqué qu’il espérait « […] briser la loi du silence ». De plus, en ajoutant qu’il considérait que « Dénoncer un délit d’atteinte au patrimoine commun n’est pas honteux, c’est un acte civique. » Par ailleurs, sur sa page Facebook, l’association a aussi publié un avis de recherche. Graphiquement, celui-ci rappelle les offres de récompense, popularisées par les westerns. Avec cet avertissement « Recherche vivant tueur de lynx ». Ecrit en anglais. En plus, sur Twitter, le Centre Athénas communique avec le hashtag #BalanceTonBraco. A nouveau, pour tenter d’identifier les responsables de braconnage.

Un délit passible de sanctions

Selon la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, en France, ce dernier braconnage est la troisième destruction illégale de lynx boréal. Survenue en 2020. En effet, cet animal est une espèce menacée. Or, en décembre dernier, un autre lynx avait été retrouvé abattu. A nouveau, dans le massif du Jura. Précisément, dans le canton de Quingey. Ce qui avait déclenché une enquête judiciaire. Sur place, menée par le parquet de Besançon. De fait, ce nouveau lynx braconné dans le Doubs est un délit. Passible d’une peine pouvant atteindre trois ans de prison. Egalement, assortie d’une amende de 150.000 euros.

Une démarche identique lancée par Sea Sheperd

Par ailleurs, en mars 2020, la célèbre association de protection Sea Shepherd avait également offert une prime de 5.000 euros. Cela, pour récompenser toute personne qui donnerait une information permettant d’identifier le braconnier qui avait abattu un autre lynx. Toujours dans le Jura. Cependant, jusqu’à présent, aucune information utilisable n’a filtré.