Face aux nombreuses attaques de loup, la Saône-et-Loire veut mieux protéger ses troupeaux de moutons

Attaques de loup : la Saône-et-Loire veut mieux protéger ses troupeaux

17907

Attaques de loup : pour limiter les pertes de moutons

 

Récemment, Julien Charles, préfet de Saône-et-Loire, a fait le point sur les attaques de loup qui surviennent dans sa région. Cela, en rencontrant notamment le Comité départemental de suivi du loup. Suite à ces échanges, le préfet a décidé de renforcer le dispositif global de protection des troupeaux locaux. Plus particulièrement de moutons.

 

 

Des subventions possibles

En 2021, les attaques de loup devraient se réduire en Saône-et-Loire. Ce qui limitera les pertes de moutons.

En 2021, les attaques de loup devraient se réduire en Saône-et-Loire. Ce qui limitera les pertes de moutons.

Pour empêcher de future attaques de loup, le préfet de Saône-et-Loire a encouragé les éleveurs régionaux à repenser la protection de leurs troupeaux de moutons. Notamment, en renforçant leurs mesures préventives, face aux risques qu’encourent leurs bêtes. Ainsi, dès le début de l’année prochaine, un appel à projets, ouvert auprès des éleveurs locaux, pourrait leur permettre d’obtenir des subventions. Cela, par l’intermédiaire du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural. Ainsi qu’une participation conjointe de l’État. Afin que ces éleveurs puissent acquérir de nouveaux équipements. Capables de protéger leurs troupeaux contre le prédateur. De fait, ils pourront alors acheter et nourrir de nouveaux chiens de protection. Et s’équiper de plus de clôtures électriques dissuasives. Grâce à des aides pouvant atteindre 80 % des montants nécessaires. Evidemment, après avoir déposé un dossier de demande, comportant les justificatifs adéquats.

Un nouveau réseau d’études

Le Comité départemental de suivi du loup a soutenu cette décision de renforcer la protection des troupeaux de moutons en Saône-et-Loire. A ce sujet, il faut rappeler que ce Comité regroupe les services de l’État, les collectivités territoriales, des établissements publics, de nombreux éleveurs, et des agriculteurs. Ainsi que la Fédération des chasseurs de la région et des associations environnementales. L’une des innovations du nouveau dispositif prévu sera la création dans le département du réseau « Loup-Lynx ». En effet, le préfet a annoncé la mise en place de ce réseau collaboratif dans toute la région.

Des données plus précises

Sur place, le réseau dédié « Loup-Lynx » aura pour mission de regrouper toutes les informations fiables sur l’activité du loup. Entre autres, la façon dont sa présence est répartie en France. De plus, ce dispositif comptabilisera aussi le nombre des attaques de loup que subissent les troupeaux de moutons. Cela, dans les zones où la présence du prédateur est certaine ou fortement suspectée. Ainsi, dès l’année prochaine en Saône-et-Loire, les personnes qui souhaiteront apporter leur contribution au réseau « Loup-Lynx » pourront bénéficier d’une formation adaptée.