Un loup gris vu dans le Loir-et-Cher révèle une présence exceptionnelle

Un loup gris dans le Loir-et-Cher : une présence exceptionnelle

15184

Un loup gris dans le Loir-et-Cher : une véritable surprise

 

Le 28 juin dernier, un cliché très surprenant a été pris par un piège photo de particulier. Cela, dans la commune de la Chapelle-Vicomtesse. Il s’agissait d’un loup gris dans le Loir-et-Cher, photographié par hasard en pleine forêt.

 

Une photo authentifiée

Un loup gris dans le Loir-et-Cher, vu récemment, constitue pour les autorités locales une réelle surprise

Un loup gris dans le Loir-et-Cher, vu récemment, constitue pour les autorités locales une réelle surprise

Ce mardi, la préfecture du Loir-et-Cher a diffusé l’information, concernant ce cliché inédit. Après avoir demandé auparavant à des experts de vérifier scrupuleusement cette photo. En tous cas, l’Office français de la biodiversité a bien reçu un cliché étonnant. En effet, celui-ci montre effectivement qu’un loup gris est présent dans cette région. Pour en être vraiment sûr, Jean-Noël Rieffel, Directeur régional de l’Office, a fait analyser scrupuleusement ce cliché. A ce jour, aucune analyse génétique n’a pu avoir lieu. Mais les spécialistes ont déclaré que d’après les caractéristiques de l’animal photographié, il s’agissait certainement d’un loup. Par conséquent, la présence d’un loup gris dans le Loir-et-Cher s’est confirmée.

Une migration naissante ?

Pour autant, c’est la quatrième fois en un an qu’un loup est signalé dans la région Centre-Val de Loire. Chronologiquement, le premier signalement d’un loup gris dans le Loir-et-Cher s’est produit en août 2019. Précisément, en Eure-et-Loir. Puis un deuxième est apparu en février 2020, dans l’Indre. Ensuite, en avril 2020, un troisième a eu lieu près de Châteaudun. Cependant, la préfecture tient à rester prudente, concernant ces témoignages. De fait, il pourrait s’agir du même animal, observé à différents endroits. D’ailleurs, dans un communiqué, les autorités ont déclaré qu’il était encore trop tôt pour affirmer que la présence du loup s’affirmait dans la région. Néanmoins, la préfecture a invité les habitants à signaler « […] toute observation suspecte de grand canidé, ou toute prédation sur animaux sauvages ou bétail domestique. »

Attendre et voir

Pour l’instant, sur place, les bergers restent vigilants. Sans toutefois avoir peur pour leurs moutons. En effet, tant qu’aucune analyse biologique n’aura pu être faite, la provenance de ce loup gris dans le Loir-et-Cher restera douteuse. Notamment, parce qu’il pourrait s’agir d’un animal échappé, alors qu’il était avant en captivité.