Impression 3D dans le bâtiment : une future amélioration écologique

Impression 3D dans le bâtiment : une future amélioration écologique

24371

Grâce à l’impression 3D dans le bâtiment, le secteur français de la construction devrait bientôt parvenir à relever un défi majeur. Celui d’une maîtrise plus efficace de son empreinte carbone.

Un espoir stimulant

L'impression 3D dans le bâtiment va sans doute apporter une future amélioration écologique, grâce à une décarbonation efficace.

L’impression 3D dans le bâtiment va sans doute apporter une future amélioration écologique, grâce à une décarbonation efficace.

Selon le spécialiste du béton LafargeHolcim, déjà engagé dans divers moyens pour décarboner son activité, l’impression 3D devrait beaucoup bonifier son bilan écologique. Entre autres, en intensifiant l’usage de cette nouvelle technique pour fabriquer de nombreux éléments de construction en béton. Ainsi, à court terme, l’empreinte carbone de ce secteur devrait beaucoup s’améliorer.

L’impression 3D dans le bâtiment : Un nouvel atout technologique

Aujourd’hui, l’impression 3D dans le bâtiment représente un nouvel atout technologique indéniable pour l’ensemble des procédés industriels. Ainsi, appliquée à la construction, cette technologie d’avenir devrait rapidement permettre de concevoir de nouveaux matériaux imprimés, parfaitement adaptés à la protection de l’environnement. Notamment, parce qu’ils vont nettement réduire la quantité de matériaux nécessaire sur les chantiers qui élaborent des structures en béton. Ce qui va ensuite favoriser une meilleure transition écologique.

Un outil très efficace pour décarboner

Dès à présent, les nouveaux procédés de fabrication numérique permettent d’appliquer de nouvelles techniques dans le bâtiment. Comme par exemple, l’emploi de résilles, ou encore l’utilisation de plus en plus fréquente de corps creux sur les chantiers. Auparavant, il faut savoir que le béton coulé habituellement dans des moules consommait beaucoup de matière. Or, désormais, dans certains types d’ouvrages, l’économie de matériau réalisée peut atteindre jusqu’à 60 %. Récemment, ce pourcentage très encourageant s’est vérifié lors de la construction d’une passerelle piétonne longue de 40 mètres, faite à Paris pour les Jeux Olympiques de 2024. Par conséquent, l’impression 3D dans le bâtiment va fournir un outil très efficace pour décarboner l’activité de ce secteur, à ce jour encore trop polluant.