En 2020, la générosité des Français en matière de dons caritatifs devrait rester stable.

Générosité des Français : des dons maintenus malgré la crise sanitaire

13787

Générosité des Français : une tendance manifeste

Malgré un contexte économique affaibli par le coronavirus, la générosité des Français semble intacte. Voire renforcée. C’est la conclusion d’une étude menée sur le terrain par l’Institut Ipsos, pour la Fondation Apprentis d’Auteuil.

Des intentions de dons affirmées

Selon le baromètre établi par ces récents sondages, la générosité des Français va continuer à les encourager à donner aux associations caritatives. Cette conclusion se base sur les réponses fournies par un échantillonnage de 1.500 personnes. Parmi elles, 1.000 sondés étaient représentatifs de la moyenne de la population française. Les 500 autres appartenaient à la tranche des hauts revenus. A savoir, ayant un revenu annuel net par foyer de 120.000 euros. Ainsi, cette enquête révèle que si les Français ont moins donné pendant le confinement, cette baisse était surtout due aux craintes engendrées par la crise sanitaire. Cependant, maintenant que le pic d’inquiétude est passé, au moins un Français sur dix devrait prochainement donner aux associations. Cela, au cours de l’année. Parmi les ménages à hauts revenus, cette intention de dons pourrait même atteindre les 80 %.

Des dons stables

Malgré la crise sanitaire,l a générosité des Français devrait rester stable. Voire encore se renforcer.

Malgré la crise sanitaire, la générosité des Français devrait rester stable. Voire encore se renforcer concernant les dons caritatifs.

En fait, cette étude a fait apparaître que le montant moyen des dons de cette année devrait rester stable, comparé à celui de l’année dernière. A savoir, environ 300 euros pour l’ensemble des Français. Cependant, ce chiffre sur la générosité des Français constitue une moyenne. Une moyenne sous-tendue par de fortes disparités. En effet, un Français sur deux ne donne en fait que 100 euros. Voire moins. Mais ces dons modestes sont compensés par ceux des ménages très aisés. Eux donnent en moyenne un peu plus de 2.100 euros par an. Par ailleurs, cette étude a montré que des dons plus importants pourraient être faits si les avantages fiscaux offerts par l’État dans ce domaine étaient mieux connus. Pour preuve, seulement un Français sur quatre sait que le plafond des dons aux associations a été relevé cette année. Ce qui peut donner droit à des réductions d’impôt.

Une générosité des Français renforcée

D’après les récentes analyses effectuées par Ipsos, le monde d’après, tant attendu, aurait des chances de devenir plus solidaire. En effet, d’après diverses enquêtes, environ un Français sur deux a déclaré vouloir donner plus aux membres de son entourage. Cela, dans les prochains mois. Ce qui tendrait à prouver que la générosité des Français se serait renforcée pendant le confinement. D’où les nombreux dons faits aux associations caritatives, enregistrés récemment. Cette tendance plus participative commence à se faire sentir sur le territoire. Malgré une lucidité intacte sur la perspective menaçante de la crise économique à venir. De fait, celle-ci impactera forcément les familles les plus modestes. Néanmoins, dans ce contexte difficile, le rôle protecteur récemment joué par l’État semble avoir convaincu en moyenne huit sondés sur dix. Notamment, par rapport aux capacités du pays à rétablir dès 2021 une situation plus florissante.