Forte récession : Bruno Le Maire prédit des résultats historiquement bas

11720

Forte récession : des perspectives économique sombres

 

Selon Bruno Le Maire, 2020 devrait être pour la France une année particulièrement difficile. En effet, économiquement parlant, elle devrait subir sa plus forte récession depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

Un bilan financier dans le rouge

En 2020, la France connaîtra sans doute sa plus forte récession économique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Lundi dernier, ce sombre verdict a été celui du maître de Bercy, lors d’une audition face à la Commission des Affaires économiques du Sénat. Ainsi, le ministre de l’Economie n’a pas mâché ses mots. De fait, pour résumer les conséquences du choc financier causé par le coronavirus, il a déclaré « Cette crise sera violente, globale et durable. » Pour le ministre, l’importance de ces retombées désastreuse sera comparable à « la crise de 1929 ». Pour être plus précis, ce bilan sera sans doute pire qu’en 2009. Cette année-là, le pays avait enregistré « le chiffre de croissance le plus mauvais qui ait été fait par la France depuis 1945 […]. » Soit, une chute de 2,2 %. Cette année, une fois les comptes faits, nous serons sans doute bien au-delà. Donc, l’économie française sera en très mauvaise posture.

Un fort soutien financier du Gouvernement

Pour réagir à cette forte récession historique, Bruno Le Maire a souligné les choix radicalement « novateurs » faits par le Gouvernement. En effet, l’exécutif a fait en sorte d’apporter rapidement son soutien aux entreprises et aux salariés. Notamment, grâce à un puissant dispositif de chômage partiel. A ce jour, celui-concerne « […] déjà 5 millions de salariés ». Pour l’instant, cette mesure a coûté « 11 milliards d’euros ». Son objectif principal étant d’éviter des « licenciements de masse », pendant l’application du confinement.

Par ailleurs, Bruno Le Maire a révélé que « plus d’un demi-million d’entreprises » avaient déjà eu recours au fonds de solidarité. Ce qui représente une enveloppe budgétaire mensuelle « de 1,7 milliard d’euros ». Enfin, environ 100.000 entreprises ont fait appel aux prêts garantis par l’État. Cela, pour un montant global de « 20 milliards d’euros ».

L’Europe menacée

deux courbes qui s'inversent pour marquer une forte récession comparable à celle de 1945.

Pour Bruno Le Maire, la France affronte actuellement une récession comparable à celle de 1945.

Selon Bruno Le Maire, si à cause de la forte récession en cours des nationalisations devaient avoir lieu, elles ne seraient que temporaires. Car leur seul but serait de protéger les sociétés en difficulté. En effet, le ministre de l’Economie a bien précisé qu’à ses yeux « L’État n’a pas vocation à administrer l’économie ». En revanche, il est persuadé que sans une réaction solidaire de l’Union européenne, celle-ci « explosera ». Car sans coordination entre les 27 pays, « Une zone monétaire commune ne pourra pas supporter des écarts économiques croissants entre ses membres. »

Une stratégie de solidarité impérative

Actuellement, la France envisage un fonds de soutien européen. Celui-ci pourrait être financé par un emprunt « de plusieurs centaines de milliards d’euros ». Il serait alors établi directement par la Commission européenne. Ainsi, cela permettrait d’obtenir sur les marchés un faible taux d’intérêt. Ensuite, cette initiative collective servirait à « mutualiser les dépenses d’investissement des États membres de l’Union européenne ». Pour le ministre de l’Economie, la forte récession sans précédent qu’affronte aujourd’hui l’Europe « […] exige de l’Union une solidarité immédiate et future ».




Laisser un commentaire