Des tomates

Prix des fruits : une nette augmentation observée dans les supermarchés

11702

Prix des fruits : des hausses à réguler

 

Pour respecter la distanciation sociale, les marchés à ciel ouvert ont été fermés. Une situation qui a profité aux grandes surfaces. Souvent, elles en ont profité pour imposer une hausse importante de leurs tarifs. Cependant, cette situation a entraîné des augmentations notables des prix des fruits.

 

Les consommateurs pénalisés

Actuellement, les prix des fruits et de certains légumes connaissent une très forte hausse. Cela fait suite à une consommation actuelle plus intensive chez les Français, d’environ 30 % supplémentaires. C’est aussi l’une des conséquences de l’encouragement de Bruno Le Maire, à consommer plus souvent des produits faits en France. Entre autres, afin que les maraîchers, les éleveurs, les pêcheurs et les agriculteurs de l’Hexagone puissent continuer à travailler. Cette directive concerne notamment les fruits et les légumes locaux, le lait, la viande et le poisson. Toutefois, le ministre de l’Economie avait prévenu que cette démarche, plus citoyenne, s’accompagnerait forcément de tarifs plus élevés. Cependant, il avait précisé qu’il fallait accepter de mettre cet effort sur le compte d’un « effort collectif national ».

Une production nationale plus élitiste

Actuellement, les prix des fruits et des légumes français ont beaucoup augmenté dans les supermarchés.

Actuellement, les prix des fruits et des légumes français ont beaucoup augmenté dans les supermarchés.

Souvent, pour pouvoir consommer français, il faut effectivement accepter des prix des fruits et des légumes plus élevés. Or, parfois, la note peut devenir nettement plus salée. Par exemple, avec les tomates françaises  vendues près de 2 euros le kilo, au lieu de 1,10 euro pour leur équivalent espagnol. Pour les fraises, les fruits hispaniques sont vendus environ aux trois quarts moins cher. Enfin, les concombres venant de France affichent un prix trois fois supérieur à celui de leurs homologues hollandais. Néanmoins, beaucoup de clients jouent le jeu, en acceptant d’acheter leurs fruits et leurs légumes à des prix moins attractifs.

Un cadre plus raisonnable à respecter

Cependant, cet élan de solidarité nationale et de bonne volonté ne doit en aucun cas justifier des augmentations abusives du prix des fruits. Même si l’on admet que les coûts de production français soient en général plus élevés. Notamment, en raison d’un transport qui devient plus difficile, ou d’une manipulation plus délicate. Cela n’explique tout de même pas que certains produits hexagonaux atteignent de tels sommets. En ce moment, indéniablement, le secteur des fruits enregistre un bond souvent exagéré. Certes, en raison du confinement, la demande des ménages s’est intensifiée. A cause d’un fort besoin en vitamines. Mais cela n’explique pas de nombreux tarifs sur les fruits frais, pratiqués sans complexe aujourd’hui.




Laisser un commentaire